Allergies : Cause, Symptômes et Traitement des principales Connues

De plus en plus de personnes souffrent d’allergies. Allergies alimentaires, respiratoires, pulmonaires ou encore cutanées, elles peuvent vite gâcher le quotidien de ceux qui en souffrent. Selon l’OMS, les allergies sont classées au 4ième rang des maladies les plus fréquentes au niveau mondial et cela ne va pas s’atténuer, bien au contraire.

En effet, l’OMS prévoit que d’ici quelques années, 50 % de la population pourrait souffrir d’une ou plusieurs allergies. Quels sont les principaux allergènes ? Les différents types d’allergies ? Quels sont les traitements ? Comment se passe la désensibilisation ? Nous vous disons tout dans ce guide consacré aux allergies !

Définition : qu’est-ce qu’une allergie ?

Une allergie est en fait une réaction excessive du système immunitaire suite à un contact avec des substances étrangères à l’organisme. Celles-ci sont appelées allergènes. Dans la majorité des cas, elles sont inoffensives mais chez certaines personnes, elles vont provoquer des réactions de défenses que l’on appelle symptômes allergiques.

Les allergies sont assez imprévisibles car elles peuvent apparaître dans l’enfance pour disparaître à l’âge adulte et d’autres vont faire leur apparition lorsque nous sommes adultes sans vraiment de raisons valables. Certains peuvent par contre avoir une allergie pendant leur enfance et l’avoir toute leur vie.

Le mécanisme d’une allergie est en fait assez simple. Lorsqu’une personne souffre d’une allergie, son système immunitaire va produire des anticorps qui vont s’attaquer aux allergènes rencontrés. Ces anticorps vont se fixer sur des mastocytes qui sont des cellules situées en grande partie dans les voies respiratoires et digestives. C’est par ces voies que les allergènes tentent de pénétrer dans le corps.

Si vous souffrez d’une allergie, votre organisme via les mastocytes va libérer une substance, l’histamine, qui est responsable de presque tous les symptômes allergiques.

Pour qu’il y ait une allergie, il faut deux conditions : la première est que l’organisme doit bien sûr être sensible à un allergène et que celui-ci doit être dans l’environnement de la personne. La deuxième cause est une prédisposition familiale. On parle alors de terrain atopique.

Les principaux allergènes

On peut être allergique à tout et n’importe quoi. Il faut savoir que les pollens arrivent en tête. Les graminées, les acariens, les poils d’animaux (chiens, chats, lapins etc.), la moquette, la climatisation ou encore les moisissures, le gluten, le lactose et les produits d’entretien sont également des allergènes.

Parmi les derniers nés, de plus en plus de personnes sont allergiques au latex. Cela peut entraver un grand nombre de professions qui nécessitent le port de gants en latex comme les médecins, les infirmières ou les dentistes. Avoir une allergie au latex va également perturber la sexualité car dans ce cas, l’utilisation d’un préservatif en latex est bien sûr interdit.

Les différents types d’allergies

L’allergie peut prendre différents visages. Voici donc les principaux types d’allergie :

  • L’allergie respiratoire

Les allergies respiratoires sont en constante augmentation. Les deux principales formes d’allergies respiratoires sont la rhinite conjonctive ou l’asthme. Ces deux formes sont souvent associées. En effet, plus de 40 % des personnes qui souffrent de rhinite allergique ont de l’asthme et plus de 80 % des personnes qui ont de l’asthme ont des rhinites allergiques.

La rhinite conjonctivite allergique se traduit par une inflammation des muqueuses (nez et yeux) et peut subvenir de manière épisodique. C’est ce que l’on appelle couramment la rhinite saisonnière. Mais elle peut très bien être présente toute l’année chez certaines personnes.

L’asthme allergique est une maladie inflammatoire des voies respiratoires. Elle se traduit par une difficulté à respirer mais surtout à exprimer l’air contenu dans les poumons des patients.

Les allergies respiratoires sont souvent causées par les acariens, les pollens, certains animaux, la poussière ou encore la moisissure, la fumée de cigarette et la pollution.

Les symptômes de l’asthme allergique sont une toux sèche, une difficulté à respirer, une sensation d’oppression ou encore une toux sifflante.

Les symptômes d’une rhinite allergique sont des éternuements, un mal de gorge, un nez bouché, une petite fièvre, une fatigue et une conjonctivite.

  • L’allergie alimentaire

En France, ce sont plus de 4 % des adultes et près de 8 % des enfants qui ont une allergie alimentaire. Parmi les principaux allergènes on trouve le lait de vache, le gluten ou encore les œufs.

L’allergie au lait de vache est l’allergie alimentaire la plus fréquente. Elle touche principalement le nourrisson et se traduit par un eczéma atopique présent sur le cuir chevelu, le visage ou encore sur les plis au niveau des bras et des jambes.

Lorsque l’on parle d’allergie au gluten, il faut faire attention à ne pas confondre avec la maladie cœliaque qui n’est pas une maladie mais une intolérance aux protéines de gluten.

En fait, certaines fractions de gluten peuvent provoquer une réaction inflammatoire qui est à l’origine d’une atrophie des villosités intestinales qui entraînent une malabsorption. Celle-ci va disparaître en mettant en place un régime sans gluten.

Dans le cas d’une maladie cœliaque, il y aura présence d’une anémie, de diarrhées, de douleurs abdominales et d’un amaigrissement.

Une allergie à l’œuf et plus particulièrement au blanc d’œuf est très fréquente chez les enfants de moins de 3 ans. Elle se manifeste par un eczéma, de l’asthme ou une urticaire. Dans ce cas, il faut proscrire les œufs de son alimentation.

Il est également fréquent d’avoir d’autres allergies alimentaires notamment à la farine de blé, aux fruits de mer, aux poissons, à l’arachide ou encore au soja.

  • L’allergie cutanée ou de contact

Une allergie cutanée aussi appelée allergie de contact correspond à une réaction retardée de l’organisme vis-à-vis d’un allergène qui est en contact avec la peau. Les 3 principaux symptômes de l’allergie cutanée sont l’eczéma atopique, la conjonctivite et l’urticaire.

Les allergènes les plus fréquents dans la catégorie des allergies cutanées sont les parfums et les substances odoriférantes (savons, lingettes nettoyantes, shampooings, lotions pour le corps, produits ménagers), le nickel (bijoux, ceintures, agrafes, lunettes, fermetures éclair), le latex, les teintures pour les cheveux, le sumac grimpant (plante qui contient de l’urushiol), certains tissus, les produits cosmétiques ou encore les médicaments topiques.

  • L’allergie aux venins d’insectes

Ce type d’allergies est très fréquent et est souvent sans conséquences mais il faut rester vigilant. Dans la plupart des cas, les personnes ont une réaction allergique suite à la piqûre d’une guêpe, d’une abeille ou d’un frelon.

Lorsque l’allergie provoque une réaction de plus de 10 cm de diamètre, on parle de réaction loco-régionale et elle est souvent sans gravité. La réaction la plus fréquente est de l’urticaire sur tout le corps.

Dans les cas les plus graves, ce type d’allergie peut provoquer une gêne respiratoire évocatrice d’asthme, des douleurs digestives avec nausées, vomissements, diarrhées, une perte de connaissance avec risque vital et un œdème de Quincke.

  • L’allergie au soleil

Beaucoup plus fréquente qu’on ne le pense, l’allergie au soleil, aussi appelée lucite (son terme exact) concernent 10 % des adultes. Elle se manifeste par une éruption de boutons. Les symptômes cutanés sont des papules rouges et quelques fois des lésions qui font penser à de l’urticaire.

L’éruption de boutons fait son apparition surtout au niveau du décolleté, des épaules ou encore des bras. Cette sensibilité anormale aux UV n’est pas anodine et en plus d’éviter le soleil bien sûr, il faut éviter certains médicaments comme les antidépresseurs et certains antibiotiques si vous vous exposer au soleil.

L’allergie au soleil est très contraignante car quelques minutes dans votre jardin ou à une terrasse de café peut suffire à faire des dégâts !

  • L’allergie aux médicaments

Toutes les formes de médicaments peuvent provoquer une allergie comme les sirops, les comprimés, les injections ou les pommades. Il ne faut pas oublier que vous pouvez également être allergique aux excipients qui composent un médicament et notamment à ceux qui lui donnent sa couleur ou qui l’enrobent.

Les médicaments les plus fréquents qui provoquent une allergie sont les antibiotiques tels que les pénicillines et les sulfamides, les anti-inflammatoires et non stéroïdiens (aspirine et ibuprofène), les anti-épileptiques, les anti-hypertenseurs.

Les symptômes sont souvent des réactions cutanées (eczéma, urticaire), des crampes abdominales, des diarrhées, des nausées ou des vomissements, des troubles respiratoires (toux, de l’asthme, des éternuements), des irritations au niveau des yeux, de la fièvre ou un œdème de Quincke dans les cas les plus graves.

Les symptômes d’une allergie

Voici les principaux symptômes des allergies :

  • Les yeux

C’est le symptôme principal d’une allergie respiratoire. Elle est souvent synonyme de fameux rhume des foins. Si vos yeux sont rouges, sont larmoyants, si vous ressentez une sensation de brûlure ou si vous êtes gênés par la lumière, sachez que vous avez les symptômes d’une allergie.

  • Le nez

Si vous avez la sensation que votre nez est toujours bouché, si vous éternuez et que votre nez coule, il est fort probable que vous ayez une rhinite allergique. Elle est sans gravité mais peut être très invalidante car elle perturbe votre sommeil, provoque un état de somnolence et une perte d’attention.

  • Des vomissements et des reflux gastro-oesophagien

Ce type de symptôme apparaît lors d’une allergie alimentaire notamment due au lait de vache, à l’arachide, aux œufs ou au poisson.

  • Le visage

L’œdème de Quincke est un symptôme qui peut être très grave. Il peut arriver après une piqûre d’insecte, lors d’une allergie médicamenteuse ou alimentaire. Il s’agit d’une forme spéciale d’urticaire qui arrive brutalement et qui s’étend vers les tissus sous-cutanés et les muqueuses.

C’est un symptôme qui est une urgence médicale car il peut bloquer le passage de l’air et déclencher un choc anaphylactique avec arrêt cardiaque.

  • Les bronches

Une difficulté à respirer, des sifflements respiratoires, de l’asthme, des toux irritatives sont souvent les symptômes d’une allergie. Si vous ressentez ces symptômes ou l’un d’entre eux, n’hésitez pas à consulter votre médecin.

  • Le ventre

Des douleurs abdominales, une diarrhée ou une constipation sont les symptômes d’une allergie alimentaire.

  • La peau

Une peau rouge est le symptôme d’une urticaire allergique qui apparaît souvent lors de la prise d’un médicament (aspirine, pénicilline) ou après avoir consommé un aliment. Si votre peau se couvre de plaques rouges, en relief et que vous avez envie de vous gratter, il est fort probable que vous fassiez une allergie alimentaire.

Si vous avez une éruption de plaques rouges, des petits boutons remplis de liquide, il est fort possible que cela soit les symptômes d’un eczéma de contact.

Et enfin, si vous avez une peau sèche qui devient irritée, qui vous démange, avec des plaques rouges et des croûtes, il s’agit très certainement d’un eczéma atopique ou d’une dermatique atopique. Ce sont les symptômes d’une allergie alimentaire.

Comment diagnostiquer une allergie ?

Si vous avez l’un des symptômes que nous vous avons énumérés un peu plus haut, il est fort probable que vous fassiez une allergie. La première chose à faire est bien sûr de consulter son médecin.

Si celui-ci suspecte une allergie, il est vous dirigera vers un allergologue. Ce dernier va d’abord vous posez quelques questions et notamment ce qui a déclenché ces symptômes, s’il y a un terrain atopique et il va vous poser des questions plus personnelles sur votre habitat, votre alimentation, si vous fumez ou si quelqu’un fume dans votre entourage etc.

Il peut vous prescrire une prise de sang mais il va surtout prévoir des tests cutanés. Ceux-ci consistent à mettre en contact votre peau avec des allergènes qu’il pense être responsables de votre allergie.

Les tests cutanés se font principalement sur l’avant-bras. L’allergologue va déposer une goutte de substance allergisante et piquer au centre de la goutte via une petite aiguille. Il peut également injecter l’allergène sous la peau ou coller un patch contenant l’allergène.

Si l’allergologue suspecte une allergie alimentaire, il vous fera ingérer une petite quantité de cet aliment dans des conditions de sécurités maximales. Si l’allergologue suspecte un asthme allergique, il peut mesurer votre souffle et mettre en place un traitement.

Comment traiter une allergie ?

Il n’existe pas de traitement unique qui soigne tous les types d’allergie. Il vous sera donc prescrit un médicament adapté à votre allergie. Voici quelques exemples de traitements antiallergiques antihistaminiques :

  • Dymista

Il s’agit d’un spray nasal qui contient un antihistaminique et un corticostéroïde. Il est conseillé pour traiter les allergies dues aux pollens. Il peut également être prescrit en prévention pour limiter les symptômes du rhume des foins.

  • Nasacort

Ce spray nasal permet de diminuer l’inflammation des voies nasales lors d’une rhinite allergique. A utiliser deux fois par jour, il vous soulagera des symptômes liés à la rhinite.

  • Rapitil

Rapitil est un collyre qui est prescrit pour le traitement de la conjonctivite allergique. Il a pour rôle d’inhiber la réponse immunitaire à l’origine des symptômes. Les gouttes doivent être administrées deux fois par jour.

  • Locoid

Locoid est une crème très prescrite dans le traitement de l’eczéma.  Il contient un corticostéroïde qui va soulager les symptômes causés par l’eczéma notamment dans le cas d’une allergie alimentaire.

  • Singulair

Tout comme la Ventoline, Singulair est prescrit par les médecins pour traiter les symptômes et les crises d’asthme. A la différence de la Ventoline qui se présente sous forme de spray, Singulair est délivré sous la forme de comprimés.

Tout ce qu’il faut savoir sur la désensibilisation

Si vous en avez assez d’avoir le nez qui coule, d’éternuer, d’avoir le nez qui brûle, les yeux rouges ou de l’asthme allergique, une désensibilisation peut vous être proposée. C’est le seul traitement qui va vous débarrasser complètement d’une allergie.

  • Le principe de la désensibilisation

Le principe de la désensibilisation est simple. Cette méthode a pour but d’exposer régulièrement votre organisme à de petites quantités de substance allergisante. Ainsi, progressivement, la sensibilité de votre organisme face à l’allergène sera réduite complètement. En résumé, votre corps va apprendre à supporter l’allergène responsable de votre allergie.

  • La désensibilisation

L’allergologue va vous administrer des doses croissantes d’allergènes. Seuls les allergologues peuvent le faire. De nos jours, l’administration de l’allergène se fait par voie sublinguale. Cette méthode consiste à déposer sur la langue quelques gouttes de la solution allergène.

Vous pouvez faire cette désensibilisation depuis chez vous, à jeun et tous les matins. La dose est petit à petit augmentée jusqu’à la posologie maximale.

  • Sa durée

La durée de la désensibilisation est de 3 ans minimum. Une amélioration peut cependant être constatée au bout d’un an. Sachez que la désensibilisation est prise en charge par la sécurité sociale quel que soit l’allergène mis en cause.

  • Pour quels allergènes

De nos jours, on désensibilise de manière positive aux principaux allergènes qui sont mis en cause dans une rhinite allergique ou l’asthme. C’est notamment le cas pour les pollens, la poussière, la moisissure, les poils de chiens ou de chats ou encore contre le venin de insectes et les acariens.

  • Quand la commencer ?

Une désensibilisation ne doit commencer qu’à la fin de l’inflammation et il faut donc attendre la fin des symptômes. Il faut bien sûr au préalable réaliser des tests cutanés et sanguins afin de connaître avec certitude quel est l’allergène responsable de l’allergie.

La désensibilisation doit débuter plusieurs mois avant la nouvelle saison allergique lorsqu’il s’agit notamment d’une allergie aux pollens. La meilleure période pour commencer une désensibilisation est le mois de septembre pour espérer une amélioration la saison suivante.

  • Des contre-indications ?

La désensibilisation est déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans mais également aux personnes qui ont une maladie dégénérative ou un cancer. Elle est également contre-indiquée aux personnes âgées et aux personnes immunodéprimées.

Conclusion

Les allergies peuvent toucher tout le monde, du nourrisson aux personnes âgées. Elles sont également nombreuses et si dans la majorité des cas elles ne sont pas graves et ne mettent pas votre santé en danger, elles peuvent être très invalidantes au quotidien.

Il est donc important de consulter un allergologue afin de déterminer quel est l’allergène responsable de l’allergie. Heureusement il existe des traitements efficaces pour soulager les symptômes d’une allergie, quelle qu’elle soit. La désensibilisation est efficace mais il faut attendre plusieurs mois voire plusieurs années pour avoir de véritables résultats.

Allergies : Cause, Symptômes et Traitement des principales Connues
4.9 (98.33%) 12 votes