Maladie des voies respiratoires, l’asthme touche près de 4 millions de personnes en France. C’est la maladie chronique la plus fréquente chez les jeunes et elle touche 10 % des enfants d’âge scolaire et des adolescents. Mais l’asthme peut également et bien sûr arriver à tout âge.

L’asthme peut impressionner lors d’une crise et surtout inquiéter. Quels sont ses causes et ses symptômes ? Comment est-il traité ? Que faire lors d’une crise ? Comment prévenir une crise ? My-Pharma.info répond à toutes les questions que vous vous posez dans ce guide complet sur l’asthme !

L’asthme, c’est quoi ?

illustration crise d'asthmeL’asthme est une pathologie inflammatoire chronique des bronches qui associe plusieurs processus et notamment une hyper réactivité des bronches, un épaississement des parois et une inflammation locale.

Si vous souffrez de crises d’asthme, vos bronches vont se contracter et développer un œdème. Les bronches ont alors un diamètre réduit, vont s’obstruer et vont empêcher l’air de circuler. La fréquence et l’intensité des crises varient d’un patient à l’autre. Elles peuvent durer de quelques minutes à plusieurs heures.

La respiration redevient normale entre 2 crises. L’asthme est responsable chaque année de près de 60 000 hospitalisations et de 1000 décès environ.

Les différents types d’asthme

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’existe pas un asthme mais plusieurs types d’asthme. Nous les avons listés pour vous :

  • L’asthme chronique

C’est l’asthme le plus répandu et il est irréversible. Il existe plusieurs traitements qui pourront soulager au quotidien les personnes qui en souffrent mais il n’en existe pas qui guérisse entièrement ce type d’asthme.

Le patient qui souffre d’asthme chronique peut avoir des difficultés à respirer en présence d’agents irritants ou en situation de stress par exemple. Il peut être plus ou moins grave et les crises peuvent être plus ou moins sévères.

  • L’asthme persistant

Ce type d’asthme est plus difficile à supporter par le patient car il se caractérise par plusieurs crises par semaine, par une difficulté respiratoire au quotidien surtout le matin et le soir avant de se coucher. Un traitement lui sera prescrit en supplément d’un bronchodilatateur.

  • L’asthme d’effort

Comme vous pouvez vous en douter, ce type d’asthme va apparaître si le patient fait un effort physique important. Si cela vous arrive, une crise importante peut faire son apparition si vous ne prenez pas un traitement très vite.

  • Une crise d’asthme aiguë

Ce type de crise peut être très grave et peut mettre la santé du patient en danger. Si vous souffrez d’une crise d’asthme aiguë, il est important de consulter au plus vite son médecin ou d’aller aux urgences. Un traitement vous sera administré jusqu’à que la crise soit terminée.

Les causes de l’asthme

Les principales causes de l’asthme sont d’origine génétiques et environnementaux. Dans 80 % des cas, les crises d’asthmes sont d’origine allergiques. Petit tour d’horizon des causes de l’asthme :

  • Les allergènes

Il y a plusieurs types d’allergènes qui sont responsables des crises d’asthme :

On connaît tous bien sûr les acariens, ces petites bêtes microscopiques qui sont présents dans la poussière ou dans la literie mais il y a aussi les cafards ou encore les animaux domestiques qui font partie des allergènes présents toute l’année.

  • Les irritants et la pollution

Les polluants extérieurs peuvent être la cause d’une crise d’asthme. Il s’agit notamment de la pollution automobile, des fumées de cheminées, l’ozone ou le dioxyde de carbone. Le risque de crises est plus important et notamment chez les enfants si vous habitez dans une zone où la pollution atmosphérique est importante.

Le tabagisme passif chez l’enfant augmente le risque de développer de l’asthme. Faites également attention à la pollution domestique et donc aux vapeurs de colle, aux produits chimiques, aux sprays ou aux peintures.

  • Les émotions fortes

Lors d’émotions fortes, votre rythme respiratoire va augmenter, provoquer une contraction des bronches et donc une crise. C’est notamment le cas lorsqu’un patient est stressé, rit, pleure ou est en colère.

  • Certains médicaments

Certains médicaments et notamment l’aspirine ne doivent pas être pris lorsqu’un patient est asthmatique. Des infections des voies respiratoires comme une bronchite ou un rhume peuvent provoquer une crise d’asthme.

  • La génétique

Des études ont mis en avant une composante génétique comme cause de l’asthme. Elles indiquent plutôt une prédisposition familiale et génétique plus que de transmission de la maladie. Elles ont également mis en avant que des anomalies génétiques peuvent augmenter le risque d’avoir de l’asthme mais ne le provoque pas forcément.

Comment savoir si vous êtes asthmatiques : les symptômes

Il existe deux grandes catégories de symptômes : quotidiens et intermittents. Nous allons vous en expliquer les différences :

  • Les symptômes quotidiens

Dans cette catégorie, on trouve des symptômes qui apparaissent en dehors d’une crise. Le soir avant d’aller se coucher, le matin au réveil, après un effort intense, le patient qui souffre d’asthme va avoir une difficulté à respirer normalement. Cela porte le nom de dyspnée. Le patient va alors ressentir très vite un essoufflement qui peut l’handicaper et qui peut l’obliger à arrêter tout effort physique.

On note aussi dans ces symptômes une respiration qui peut être sifflante et qui est la plupart du temps accompagnée d’une toux sèche et répétée. Il est également très fréquent que le patient se plaigne d’une oppression au niveau de la cage thoracique.

  • Les symptômes intermittents

Ces symptômes annoncent l’arrivée d’une crise qui sera plus ou moins aiguë. Lorsque le patient va avoir une crise d’asthme, c’est-à-dire quand celle-ci se rapproche, il peut ressentir une augmentation importante de son rythme cardiaque connue sous le nom de tachycardie.

Il peut également avoir des sueurs, tousser ou ressentir un sentiment d’anxiété. Si cela vous arrive, vous devez prendre rapidement votre traitement, vous calmer afin d’éviter que la crise ne se développe encore plus.

Il peut arriver que la crise soit grave et que vous deviez appeler les secours. Faites-le si vous avez des difficultés à vous exprimer correctement, si vos lèvres ou vos doigts deviennent bleues ou si ce que vous dites est confus.

Comment est posé le diagnostic de l’asthme ?

Les symptômes suffisent le plus souvent à diagnostiquer une personne asthmatique. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les patients qui souffrent d’asthme ne présentent aucune anomalie lors d’une radio thoracique.

Voici les principales méthodes utilisées dans le diagnostic de l’asthme :

  • Débitmètre de pointe

Il s’agit d’un appareil de petite taille qui a pour rôle de mesurer le débit expiratoire de pointe. Celui-ci équivaut à la vitesse maximale à laquelle peut circuler l’air lors d’une expiration forcée quand les poumons ont été gonflés au maximum.

Cet appareil remboursé par la sécurité sociale va permettre aux patients de surveiller tous les jours leur souffle et de préférence le matin et le soir. Selon la valeur constatée, le médecin vous prescrira un traitement adapté.

Si lors d’une mesure vous constatez que le chiffre est trop bas, vous ne devez pas attendre pour prendre rendez-vous avec votre médecin.

  • L’exploration fonctionnelle respiratoire (EFR)

C’est le moyen le plus efficace pour vérifier et contrôler l’asthme. Il va permettre de mesurer certains paramètres afin d’apprécier la fonction respiratoire et le degré de l’asthme. Cet examen est à faire une fois par an. L’EFR est un examen qui ne fait pas mal et qui est remboursé par la sécurité sociale.

Le traitement de l’asthme

Il existe des traitements pour la crise et pour la soulager immédiatement et des traitements de fond. Nous vous les avons détaillés :

  • Les bronchodilatateurs à action rapide

Ses médicaments sont à action brève et rapide. Ils sont généralement prescrits pour soulager une crise ou pour des épisodes de toux. Un bronchodilatateur va agir donc le rétrécissement des bronches en leur permettant de se dilater.

Lorsque le patient prend ce type de traitement, il va ressentir dans la majorité des cas une amélioration très vite et il va donc mieux respirer au bout de quelques minutes. La durée d’action d’un bronchodilatateur est de 4 à 6 heures.

Lorsque l’asthme est dû à un effort intense, il peut être pris avant l’effort. Lorsque l’on souffre d’asthme, il est important d’avoir toujours à portée de main le bronchodilatateur prescrit par votre médecin car une crise peut survenir n’importe où et n’importe quand.

Ce type de traitement doit être utilisé sur une courte durée. Si vous avez besoin de plus de 4 bouffées par semaine de bronchodilatateur d’action rapide, vous devez consulter votre médecin. Si vous avez besoin de plus de doses, cela veut dire que l’asthme s’est aggravé.

  • Les bronchodilatateurs avec longue durée d’action

Ce type de traitement est de plus en plus prescrit en traitement de fond au quotidien. Il permet de prévenir les crises. Un bronchodilatateur à longue durée d’action ne peut cependant pas être prescrit à un patient qui reçoit également un médicament anti-inflammatoire.

L’aérosol doseur est un traitement qui va permettre au médicament d’atteindre directement les voies respiratoires du patient. Son utilisation est toutefois compliquée et il est très fréquent que les patients l’utilisent mal ce qui bien sûr réduit son efficacité.

Demandez à votre pharmacien de bien vous expliquer son utilisation car la notice ne suffit pas toujours. Lors des premières utilisations, faites votre aérosol devant la glace afin de vérifier qu’il n’y ait pas de buées. Cela signifie que le traitement est ben prix.

  • Les corticoïdes inhalés

Ce type de traitements repose sur la prise d’anti-inflammatoires à visée bronchique. Certains patients ont besoin d’un traitement de fond à base d’anti-inflammatoire pendant des années. Ils permettent de contrôler l’inflammation des bronches du patient mais également l’évolution de la maladie en évitant une aggravation de l’asthme et donc le nombres de crises.

Ce traitement est prescrit lorsque l’asthme est persistant et que la personne est gênée au point de prendre plus de 4 bouffées par semaine de bronchodilatateurs. Ce médicament se présente sous la forme d’aérosol doseur ou sous la forme d’une poudre sèche.

  • Les corticoïdes en comprimés

Lorsque la crise d’asthme est sévère et si la maladie s’aggrave lors d’une bronchite notamment, des comprimés de corticoïdes peuvent être prescrit. Les patients pour lesquels a été prescrit ce traitement souffrent d’un asthme sévère qui doit être surveillé.

  • Les antieucotriènes

Ces médicaments qui sont prescrits sous forme de comprimés vont agir en bloquant l’action des leucotriènes qui sont des médiateurs de l’inflammation des voies respiratoires. On prescrit généralement des antieucotriènes pour prévenir l’asthme d’effort ou en traitement de fond si les corticoïdes inhalés ne sont pas assez efficaces.

Qui faut-il consulter si vous pensez souffrir d’asthme ?

Vous avez une respiration sifflante ? Votre enfant est souvent essoufflé sans raison particulière ? Vous n’avez plus de souffle après un effort ? Il est fort probable que vous souffriez d’asthme. Pour le savoir, il va falloir consulter. Mais qui ?

La première personne que vous devez aller voir est bien sûr votre médecin généraliste ou le pédiatre s’il s’agit de votre enfant. Il vous posera des questions pour essayer de confirmer le diagnostic de l’asthme et peut également mesurer votre souffle avec un débitmètre de pointe.

Il peut arriver que des examens plus approfondis soient nécessaires ou que votre médecin suspecte un asthme. Dans ce cas, il vous conseillera d’aller voir un pneumologue. Les examens plus poussés qu’il fera permettront d’évaluer l’importance de l’obstruction bronchique qui est caractéristique de l’asthme.

Lorsque le diagnostic est posé, il est essentiel de déterminer les causes de l’asthme et notamment de savoir si elles sont d’origine allergique. Vous devez donc aller voir un allergologue. Il effectuera des tests cutanés pour voir si certains allergènes vont déclencher une réaction. Savoir quelles sont les allergies permet de prévenir les crises d’asthme. Dans quelques cas, une désensibilisation peut être envisagée.

Crise d’asthme : que faire ?

Une crise d’asthme peut être impressionnante à voir et l’entourage ne sait pas toujours ce qu’il faut faire dans cette situation. Un asthmatique dans la majorité des cas est capable de gérer sa crise et de la traiter grâce notamment aux bronchodilatateurs qu’il connaît bien.

Si quelqu’un de votre entourage a une crise et ne sait pas comment la gérer, vous pouvez l’aider en essayant de la calmer et de la rassurer. En effet, le stress peut aggraver la crise et il faut arriver que le patient s’angoisse.

N’hésitez pas à lui dire de respirer calmement et profondément. Si c’est sa première crise, il n’aura pas de médicament à portée de main. Dans ce cas, mettez-le dans la position où il se sent le mieux et appelez son médecin traitant ou le SAMU si la crise est très forte.

Comment savoir si quelqu’un de son entourage souffre d’une crise d’asthme grave ? C’est le cas si la crise dure plus de 10 mn, si la personne a du mal à s’exprimer, si l’essoufflement devient plus important, s’il transpire abondamment, si sa peau a une coloration bleue et s’il présente des signes d’épuisement.

Asthme : peut-on faire du sport ?

Beaucoup d’asthmatiques ont peur de pratiquer une activité sportive car ils pensent qu’elle va provoquer une crise. Halte aux idées reçues ! Une personne asthmatique peut faire du sport et vous seriez surpris de voir le nombre de sportifs professionnels qui ont de l’asthme.

sportIl faut toutefois consulter bien sûr son médecin avant car chez certains personnes asthmatiques, l’effort peut déclencher une crise mais cela reste rare et dépend du sport pratiqué.

Dans la majorité des cas, la pratique du sport est même recommandée et notamment la natation. La seule activité sportive vraiment déconseillée voire interdite est la plongée sous-marine avec bouteille.

En résumé, le sport est autorisé et même conseillé pour mieux contrôler sa respiration et pour être plus endurant à l’effort. Il permet notamment aux enfants de ne pas subir d’exclusion ou de moquerie.

Nos conseils pour la pratique d’un sport lorsque l’on est asthmatique :

  • Faites un échauffement progressif car cela va permettre de diminuer pendant l’exercice l’hyperventilation
  • Apprenez à respirer par le nez. Pourquoi ? Tout simplement parce que cela permet de réchauffer et d’humidifier l’air. Celui-ci sera alors moins agressif pour vos bronches
  • Prenez un beta stimulant de type Ventoline avant l’activité sportive et éventuellement pendant. Cela permet d’éviter une crise.

En suivant ces conseils, votre activé sportive se passera le mieux possible !

L’asthme chez l’enfant

Un enfant sur dix est concerné par l’asthme. Depuis environ 10 ans, ils sont en effet de plus en plus nombreux avant l’âge de 5 ans notamment à être diagnostiqués asthmatiques. Comment savoir si votre enfant a de l’asthme ? Quels sont les traitements ? Comment prévenir les allergies ? Nous répondons à toutes les questions que vous vous posez !

  • Les signes qui doivent vous alerter

Certains signes et symptômes doivent vous alerter et vous faire prendre rendez-vous chez votre médecin ou votre pédiatre. Si votre enfant par exemple à une respiration sifflante, si vous voyez qu’il est gêné lorsqu’il respire après un effort, s’il a une toux sèche notamment la nuit, il est fort probable qu’il fasse de l’asthme.

Si vous remarquez qu’un rhume guérit se prolonge par un épisode de toux assez long, cela peut également être un signe d’asthme.

  • Le diagnostic de l’asthme chez l’enfant

Chez les enfants de 4 ans environ, le diagnostic se fera par des épreuves fonctionnelles respiratoires. Elles ont pour but de rechercher une hyperréactivité bronchique. Un bilan allergologique sera également réalisé.

Chez le nourrisson, le diagnostiquer asthmatique est plus complexe car les épreuves fonctionnelles respiratoires sont plus compliquées à réaliser. Un bilan allergologique sera prescrit et l’évolution des symptômes sera déterminante.

Un diagnostic tôt chez le nourrisson est important et essentiel afin de mettre en place un traitement efficace rapidement.

  • Le traitement de l’asthme chez l’enfant

Afin d’éviter une aggravation, il est important de poser un diagnostic le plus tôt possible. Une fois que c’est fait, il vous sera demandé de prévenir l’asthme s’il est d’origine allergique en évitant les moquettes chez vous, les animaux de compagnie si possible et d’utiliser des housses anti-acariens.

Le traitement fait appel aux bêta 2-mimétiques inhalés lors de la crise à raison 2 à 4 bouffées. Pour les petits, une chambre d’inhalation sera prescrite pour que le traitement soit bien pris.

Un traitement de fond peut être mis en place et il peut être prescrits des antihistaminiques ou des corticoïdes inhalés.

Notre conseil : n’interdisez pas à votre enfant de faire du sport, au contraire ! Une activité sportive est importante pour développer sa capacité respiratoire.

Comment prévenir l’asthme ? Nos conseils

Voici quelques conseils et astuces pour limiter les crises d’asthme :

  • Si vous avez un traitement, n’oubliez pas de le prendre même si vous sentez que ça va. Une crise d’asthme arrive vite !
  • Pensez à mesurer votre débit respiratoire régulièrement
  • Ne fumez et évitez le tabagisme passif
  • Faites la traque aux allergènes du sol au plafond. Mettez une housse anti-acariens autour de votre matelas, pour votre couette et votre oreiller. Aérez régulièrement votre habitation. Passez souvent l’aspirateur sur le sommier et sous le lit. Evitez les nids à poussières, certaines plantes et nettoyez régulièrement vos rideaux. Evitez les insecticides et les climatiseurs !
  • Eviter de vous approcher des animaux de compagnie
  • Si vous avez un rhume, ne le laissez pas s’installer !
  • Evitez le stress et certaines émotions comme la colère ou le rire !

En suivant ces quelques conseils, vous avez la garantie de limiter vos crises !

Asthme
5 (100%) 6 votes