Malbouffe : classement des pires villes de France (Janvier 2017)

Nouvelle année, et donc nouveau classement des villes les plus « frappées » par la malbouffe en France !

L’an passé, le podium de ce classement était composé (dans le désordre) de Paris, Bordeaux et Lyon. Au cours de l’année écoulée, à force d’ouvertures et de fermetures, les choses ont un peu changé !

Et si l’une de ces villes conserve sa (peu flatteuse) place en tête des communes comptant le plus d’enseignes de restauration rapide pour 1 000 habitants, le reste du classement a évolué. Nous vous dévoilons tout juste en dessous.

Les villes où se trouvent les futures victimes de la restauration rapide

Prise de poids, cholestérol, hypertension… les problèmes liés à la malbouffe sont légions, et l’objet de cet article n’est pas de répéter une fois encore à quel point il est important de « mieux » se nourrir… Il n’empêche que… Oui, les futures victimes de ces maladies se situent là où la restauration rapide est la plus présente. Et c’est justement là l’objet de notre enquête !

L’étude :

Pour cette étude (renouvelée après l’édition de fin 2015), nous avons sélectionné les 20 villes Françaises principales, et nous nous sommes focalisés sur la présence dans chacune des 10 plus grosses chaînes de restauration rapide sur notre territoire (MacDonald, Subway, Quick, Starbucks, Pizza Hut, La Mie Câline, KFC, Pomme de Pain et Burger King).

Les résultats :

En 2016, c’est Bordeaux qui montait sur la plus haute marche du podium, avec certes « seulement » 35 enseignes dans son agglomération (contre 294 à Paris par exemple), mais le ratio le plus élevé lorsque rapporté aux 1 000 habitants. Avec 0,1451 restaurants (de l’une des enseignes citées plus haut) pour 1000 habitants, Bordeaux devançait donc de peu Paris (0,1312) et Lyon (0,1229).

Et en 2017 ?

Et bien Bordeaux conserve (malgré quelques variations selon les franchises) sa première place avec exactement le même nombre de restaurants (35) et donc la même densité de 0,1451 enseignes pour 1 000 habitants.

Mais la surprise vient de la seconde position, où Paris est désormais dépassé (la capitale reste quand même en 3eme position) par … Nîmes ! Avec 20 restaurants, et une densité de 0,1363, Nîmes est donc le nouveau dauphin de la malbouffe.

Lyon, 2ème l’an dernier, et qui a tout de même vu plusieurs nouveaux restaurants s’ouvrir en 2016, glisse au classement pour se retrouver 5ème, derrière Angers.

Le détail des données

tableau etude malbouffe france 2017

A Paris :

C’est en toute logique la ville où se situent le plus grand nombre d’enseignes de restauration rapide (275). Mais une fois rapporté au nombre d’habitants, Paris n’est pas la ville avec la plus forte densité, et ne se place qu’en 3ème position du classement.

McDonald’s y est sans surprise la chaîne la plus représentée, suivie par Subway et Starbucks.

A Nîmes :

Surprenant 2ème, Nîmes doit sa place sur le podium à son ratio très élevé, compte tenu de la population « réduite » de l’agglomération ! Avec pas moins de 7 McDonald’s et 4 Quick, la ville dépasse désormais Lyon et Paris au classement…

A Bordeaux :

Gagnant en 2016, et toujours gagnant en 2017. Bordeaux, fleuron de la gastronomie Française, offre à ses 241 000 habitants la plus forte densité de chaînes de restauration rapides pour 1000 habitants.

McDonald’s y est également la chaîne la plus représentée, avec Quick et Domino’s Pizza, qui malgré la fermeture de 2 restaurants reste bien représenté dans la capitale girondine !

Les chaînes de restauration rapide les plus représentées en France

classement malbouffe chainesSans surprise, McDonald’s trône toujours loin devant avec 199 restaurants en France (et toujours plus chaque mois). Derrière, on retrouve une autre enseigne d’outre atlantique avec la chaîne de sandwichs Subway.

Dépassée de la tête et des épaules dans la plupart des villes, Subway est cependant la SEULE enseigne a dépasser McDonald’s dans la ville de Lyon, avec 18 restaurants, contre « seulement » 12 pour McDo !

Si Subway se maintient donc en seconde position, Quick, qui a fermé plusieurs restaurants en 2016 (notamment depuis son rachat par Burger King) est du coup dépassé par Domino’s Pizza qui a notamment lancé plusieurs nouveaux restaurants dans la capitale.

Dans les prochaines années, Burger King devrait connaître une forte croissance dans ce classement, puisqu’une fois sa stratégie « lente » (40 conversions seulement en 2016), et surtout focalisée sur des implantations / conversions dans des zones industrielles et aires d’autoroute en province, terminée, celle-ci évoluera forcément, entraînant la disparition totale des Quick au profit de la chaîne dans les grandes villes.

Un mot sur les kebabs

L’an dernier, après la parution de cette étude, nous avions été confrontés à plusieurs questions sur la place des restaurants de kebabs dans un classement de ce type. Il est vrai que le nombre de kebabs en France (qui dépassait les 11 000 en 2014 selon le site Planetoscope) n’est pas anodin, et qu’il serait entièrement justifié d’inclure ce type de restauration rapide dans une analyse sur la malbouffe.

Les chiffres à disposition ne sont cependant pas très précis sur la répartition par ville des enseignes de vente de kebabs en France, et il serait donc compliqué d’établir un classement exact sur la base de chiffres incomplets.

Dans l’objectif de tout de même fournir les données les plus complètes possibles en 2017, nous nous sommes basés sur le référencement effectué par le site Kebab-Frites.com, qui recensent environ 7 500 enseignes dans l’Hexagone, pour établir un sous-classement 100% kebab !

Et à ce petit jeu, Lilles, St-Etienne et Le Havre seraient les villes avec la plus forte de densité de kebabs !

 

Sources :

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments