Soigner les Hémorroïdes : Causes, Symptômes et Traitements Efficaces

Souvent mise dans la catégorie des problèmes de santé dont il est difficile de parler, la crise hémorroïdaire est pourtant une affection qui touche des milliers de personnes chaque année et dont la moitié de celles et ceux qui ont plus de 50 ans.

Parce qu’il est difficile d’en parler avec son médecin ou à son entourage, parce qu’il est compliqué de trouver toutes les réponses aux questions que l’on se pose, parce qu’il est important de savoir quelles sont les causes ou encore les symptômes d’une crise hémorroïdaire, voici tout ce qu’il faut savoir sur les hémorroïdes !

Les hémorroïdes en quelques mots

Il est important de savoir avant tout que les hémorroïdes ne sont pas une maladie, loin de là. En fait, contrairement à ce que l’on pense, tout le monde a des hémorroïdes. Celles-ci sont en effet des veines qui sont situées à l’intérieur ou à l’extérieur de l’anus.

Elles se présentent sous la forme de « petits sacs » ou « petits coussinets » et si vous n’avez pas de crises, vous ne les sentez pas. Elles ont pour rôle de faciliter la contraction et la décontraction du rectum lorsque vous allez à la selle. Vous l’aurez compris, tout le monde a des hémorroïdes.

Il s’agit donc d’un terme souvent utilisé à tort. En effet, lorsque les veines sont dilatées de façon anormale et lorsque les premiers symptômes apparaissent il faut employer le terme de « crise hémorroïdaire »et non pas « des hémorroïdes ». Mais c’est vrai que l’on a plus souvent l’habitude d’entendre ou de dire ce dernier terme.

Les deux types d’hémorroïdes

Il existe deux types d’hémorroïdes : internes et externes. Voici quelques explications sur chacune d’entre elles !

Les hémorroïdes externes

Elles sont beaucoup plus identifiables car elles sont tout simplement visibles et donc plus facilement diagnosticable. Comme son l’indique, l’hémorroïde externe se trouve à l’extérieur de l’anus. On parle d’hémorroïdes externes lorsqu’une ou plusieurs protubérances apparaissent au niveau extérieur de l’anus.

Ce type d’hémorroïdes peut avoir différentes tailles de quelques millimètres à plus de trois centimètres. Leurs formes peuvent également être différentes : rondes, aplaties, ovales. Quant à leur couleur, elle dépend de l’avancée de la crise hémorroïdaire. Au début de la crise, elles sont souvent de couleur brune mais deviennent vite rougeâtres et même violet lorsqu’elles sont gonflées de sang à un stade avancé.

Ce qui caractérisent l’hémorroïde externe est la douleur qu’elles provoquent. Elles sont « externes » et donc ouvertes sur l’extérieur ce qui les exposent. Elles sont notamment très douloureuses dans la majorité des cas lors de la défécation. La bonne nouvelle, c’est qu’elles sont les plus faciles à soigner.

hemorroides internes et externes

Crédit image : http://www.allodocteurs.fr/

Les hémorroïdes internes

Lorsque l’on parle d’une crise hémorroïdaire interne, il s’agit de l’inflammation des veines qui sont situées à l’intérieur de la paroi anale, au niveau de la zone basse du rectum. Elle est donc plus difficile à diagnostiquer.

Pour soigner une crise d’hémorroïdes internes, il faut poser vite un diagnostic et pour cela, il faut savoir reconnaître les symptômes. La présence de sang dans les selles, une sensation désagréable que vous ressentez à l’intérieur de la paroi anale et notamment lors de la défécation, une sensation de brûlure doivent vous faire consulter sans tarder.

Les principales causes d’une crise hémorroïdaire

Avoir les veines qui se dilatent dans la zone recto-anale légèrement lors de la défécation est normal. Lorsque la dilatation est persistante on parle de crise hémorroïdaire. Plusieurs causes sont mises en avant :

  • Un surpoids ou une obésité
  • Une constipation régulière
  • Une prédisposition génétique
  • Une grossesse
  • Un accouchement par voie naturelle
  • Lorsque vous restez assis longtemps et souvent
  • La sédentarité
  • Le sport comme le vélo ou l’équitation
  • Les diarrhées chroniques
  • L’âge
  • Le fait de soulever souvent des poids importants

Comme vous pouvez le constater, les causes sont nombreuses mais rassurez-vous, en changeant certaines habitudes, il est possible de les prévenir.

Reconnaître les symptômes d’une crise hémorroïdaire

Il existe plusieurs symptômes qui doivent vous alerter, que ce soit pour les hémorroïdes internes et externes. Voici la liste des principaux :

  • Les douleurs

Lors de la défécation, si vous souffrez d’hémorroïdes internes, vous allez très certainement ressentir une sensation de brûlure interne mais également des douleurs. Une douleur permanente n’est pas à prendre à la légère car elle peut être le symptôme d’une thrombose ou d’un abcès.

  • Les saignements

Pendant ou après les selles, des saignements, souvent faibles, peuvent faire leur apparition. Vous le verrez sur vos sous-vêtements ou sur le papier toilette. Si dans la majorité des cas ces saignements sont bénins, il faut toutefois ne pas tarder pour consulter son médecin car les conséquences peuvent être plus graves.

  • Une sensation d’inflammation

Parmi les symptômes les plus courants, il peut arriver que vous ressentiez une sensation d’inflammation. Elle signale souvent la présence d’hémorroïdes internes.

  • Un écoulement du mucus par l’anus

Si vous remarquez la présence d’un écoulement rouge ou rosâtre, vous devez consulter votre médecin car il peut être le symptôme d’une autre maladie qui peut être grave.

  • La perception d’une boule anale

Si vous sentez qu’une boule sort par le canal anal lors des selles, à l’effort comme en permanence il s’agit très certainement d’une extériorisation des hémorroïdes internes. Un examen déterminera une classification.

Lors du stade I, les hémorroïdes faisant saillie dans le canal anal lors de l’effort de poussée pendant la défécation sans s’extérioriser. Lors du stade II, elles s’extériorisent pendant l’effort mais repartent dans le canal anal toutes seules.

Le stade III implique que vous devez réintégrer les hémorroïdes dans le canal anal avec une pression des doigts. Et enfin, le stade IV est la procidence hémorroïdaire permanente.

Les principaux traitements

Si vous souffrez d’une crise hémorroïdaire, que ce soit la première ou une récidive, rassurez-vous, une fois le diagnostic posé, il existe des traitements efficaces.

Les traitements médicamenteux

Il existe toute une gamme de médicaments qui ont pour but pour la plupart de soulager les douleurs, les brûlures et les démangeaisons. Selon le type d’hémorroïdes dont vous souffrez, le médecin peut vous prescrire :

Il s’agit d’une mousse rectale combinée. Elle associe un corticostéroïde et un anesthésique. C’est un médicament très prescrit pour son efficacité et pour sa rapidité à soulager la douleur et à calmer l’inflammation.

Elle s’applique au maximum 4 fois par jour après le passage des selles et pendant 7 jours ou moins.

 

Si les douleurs sont fortes lors de votre crise hémorroïdaire, cette crème a pour rôle de la soulager et de réduire rapidement les douleurs. Elle va également diminuer le gonflement et réparer les cellules de la peau endommagées.

Elle s’applique 2 fois par jour et de suite après le passage des selles.

 

C’est l’un des traitements les plus connus et donc l’un des plus prescrits. Anusol se trouve sous forme de suppositoires ou de crème. Cette dernière est à appliquer deux fois par jour sur la zone et les suppositoires s’insèrent une fois le matin et une fois le soir.

Les qualités antiseptiques d’Anusol vont traiter les irritations rapidement.

Proctosedyl est délivré soit sous la forme de suppositoires soit sous la forme de pommade. Ses deux agents actifs vont soulager les douleurs et diminuer l’inflammation.

Dans le cas d’hémorroïde interne, un embout est livré avec la pommade.

 

Là aussi, vous aurez le choix entre une pommade ou des suppositoires. L’un comme l’autre vont agir rapidement et réduire la sensation d’inconfort, les douleurs et l’inflammation hémorroïdaire.

C’est un traitement souvent prescrit pour son efficacité rapide.

 

Votre médecin vous prescrira ce traitement soit en suppositoires soit en pommade.

Dès la première prise ou lors de la première application, les douleurs diminuent ainsi que l’inflammation de la zone concernée.

 

  • acheter XyloproctXyloproct

Pour apaiser une crise et ses douleurs, pour réduire l’inflammation comme les irritations, la pommade Xyloproct est d’une efficacité redoutable.

Rapidement, dès la première application dans la majorité des cas, vous sentirez une diminution des douleurs et de l’inflammation.

Le traitement instrumental

5 techniques permettent le traitement des hémorroïdes mais elles sont effectuées à distance d’une crise inflammatoire ou congestive. Il s’agit :

  • Des injections sclérosantes

Cette technique consiste à l’injection d’un produit sclérosant dans la sous-muqueuse, au-dessus-des hémorroïdes. S’il y a une récidive, il faudra alors envisager un autre traitement.

  • La photocoagulation

Cette technique utilise une sonde infrarouge qui va provoquer une coagulation vasculaire mais également une sclérose sous-muqueuse. Elle est réalisée en zone sus-hémorroïdaire.

  • Le laser

Il peut arriver que votre médecin envisage la destruction par laser. Cette technique consiste à enlever les hémorroïdes grâce à un faisceau de lumière. Elle est surtout utilisée afin de dilater des veines hémorroïdaires internes qui ne sont pas visibles à l’œil nu.

  • Les ligatures élastiques

Cette technique a pour rôle de placer un anneau élastique à la base des hémorroïdes grâce à un appareil qui aspire la muqueuse. Elle permet une hémorroïdectomie a minima. Elle est conseillée lorsque les injections sclérosantes sont inefficaces et quand la chirurgie n’est pas encore envisagée

  • La cryothérapie

Cette technique est de plus en plus utilisée. Elle consiste à réaliser une congélation du tissu hémorroïdaire. Celui-ci va ensuite se nécroser via une sonde parcourue par du protoxyde d’azote.

  • La chirurgie

La chirurgie est envisagée pour plusieurs raisons. C’est le cas lorsque les traitements médicaux et instrumentaux n’ont pas été efficaces. Elle est également conseillée lors d’une maladie hémorroïdaire invalidante et lorsqu’il y a un risque de thrombose hémorroïdaire interne.

Comment prévenir une crise hémorroïdaire ?

Il existe des astuces et des conseils à appliquer afin de prévenir une crise d’hémorroïdes. Vous devez par exemple changer vos habitudes alimentaires si vous souffrez de constipation. Dans ce cas, pour prévenir une crise, vous devez consommer des légumes et des fruits frais ainsi que des légumineuses.

Vous devez également avoir une alimentation riche en fibres mais faible en matières grasse et en sel. Evitez les plats épicés, le thé ou le café ainsi que l’alcool ou la viande. Pensez à boire au moins 1,5 l d’eau par jour.

Pratiquez une activité physique régulière, ne restez pas longtemps assis aux toilettes, évitez de porter des charges lourdes et une position assise prolongée. En appliquant ces conseils simples, vous pouvez prévenir l’apparition d’une crise.

Quand consulter son médecin ?

Vous devez consulter votre médecin dès l’apparition d’un ou de plusieurs symptômes. L’apparition de saignements, des douleurs et des irritations ainsi que des démangeaisons ne sont pas à prendre à la légère.

Si vous avez l’un de ces symptômes, il peut s’agir d’une autre pathologie, plus grave et il est donc important de prendre un rendez-vous avec un médecin. Il n’est pas facile de parler de ses hémorroïdes mais cela est pourtant nécessaire.

Il est également important de voir un spécialiste pour réduire les douleurs et moins souffrir, parce que les hémorroïdes sont inconfortables au quotidien ou parce que les brûlures sont intenses. Plus vite vous le consulterez et plus vite vous serez soulagés des différentes symptômes d’une crise hémorroïdaire.

Les hémorroïdes et la grossesse

grossesse

On ne le sait pas toujours mais les crises d’hémorroïdes sont très fréquentes chez la femme enceinte. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’à partir du 6ième mois de grossesse, l’utérus prenant du volume, il provoque des pressions qui peuvent se faire ressentir dans les zones de l’anus et du rectum.

L’utérus va également comprimer les veines de l’abdomen et la circulation sanguine étant perturbée, les hémorroïdes ne tardent pas à faire leur apparition. Rassurez-vous, cela est sans danger pour votre bébé.

Il est important si vous êtes enceinte de prendre de bonnes habitudes et notamment alimentaires pour prévenir une constipation qui pourrait être responsable d’une crise hémorroïdaire.

Ce n’est pas parce que vous êtes enceinte que vous ne serez pas traiter si une crise hémorroïdaire pointe le bout de son nez. Votre médecin peut vous prescrire des traitements locaux et notamment des pommades pour soulager les douleurs et pour réduire l’inflammation. Ne prenez jamais un traitement sans avoir consulter votre médecin ou votre pharmacien si vous êtes enceinte.

Les complications d’une crise non soignée

Une crise hémorroïdaire peut disparaître comme elle est venue et en quelques jours. Il est alors fréquent lors d’une récidive d’attendre qu’elle parte toute seule. Mais ce n’est pas la bonne attitude à avoir, bien au contraire.

En l’absence de traitement, le risque le plus fréquent est la thrombose hémorroïdaire externe. Il s’agit de la formation d’un caillot qui va se trouver à l’intérieur de la veine hémorroïdaire congestionnée. Cela peut entraîner l’apparition d’une boule qui sera alors très douloureuse. SI vous pensez en souffrir, consultez votre médecin qui incisera la boule afin d’évacuer le caillot.

Lorsqu’un patient souffre d’hémorroïdes internes et qu’il ne se soigne pas, elles vont gonflées et petit à petit vont entraîner une thrombose. Le risque est également qu’elles s’extériorisent de l’anus et qu’elles nécessitent alors une intervention chirurgicale avec des douleurs et des saignements ainsi que des soins post-opératoires contraignants.

Et enfin, si vous n’agissez pas, des saignements chroniques peuvent entraîner une anémie et donc une fatigue et des essoufflements.

Comment est diagnostiquée une crise d’hémorroïdes ?

Si vous ressentez des brûlures lors des selles, des douleurs, des démangeaisons ou si vous remarquez un peu de sang sur le papier toilette, il est fort probable que vous souffriez d’une crise hémorroïdaire.

Même si elle est souvent bégnine, ces symptômes peuvent cacher une autre pathologie et pour le savoir, un seul moyen : consulter son médecin. Ce n’est pas l’étape la plus facile et elle est souvent crainte, ce qui est compréhensible.

Si vous vous posez des questions sur ce rendez-vous médical, voici quelques explications qui vous permettront de savoir à quoi vous attendre.

Votre médecin va d’abord vous poser des questions. Elles vont concerner les symptômes que vous ressentez bien sûr mais également vos habitudes alimentaires. Il va également vous demander si vous portez du poids régulièrement, si vous pratiquez un sport ou encore si vous restez assis ou assise fréquemment ou sur une longue période.

Ces questions ont pour but de comprendre dans un premier temps pourquoi la crise est là et pour ensuite vous donner des conseils et ce que vous pouvez changer pour éviter une récidive. Le médecin généraliste est à même de faire et de poser un diagnostic mais il peut arriver qu’il vous dirige vers un gastro-entérologue/proctologue.

En plus de l’interrogatoire et de l’examen clinique, il va procéder à ce que l’on appelle une anuscopie. Ce n’est pas un examen agréable c’est certain mais il n’est pas douloureux et vous ressentirez la même sensation que lorsque vous mettez un suppositoire.

Le but de l’anuscopie est de regarder avec précision la région anale afin de faire un diagnostic précis. Pour cela, il va introduire un anuscope après que vous ayez mis de la crème anale afin de lubrifier la zone.

reconnaitre crise hemorroides

Quelques conseils bien utiles pour terminer !

Pour prévenir une crise, pour la soulager ou pour qu’elle soit moins douloureuse, voici quelques conseils qui vous seront très certainement très utiles :

  • Les bains de siège

Les bains de siège sont recommandés lors d’une crise. Ils ont pour but se soulager les douleurs et les démangeaisons ainsi que de réduire l’inflammation. Un bain de siège à la fleur de camomille est une astuce de grand-mère très efficace grâce à ses propriétés anti-inflammatoires. Un bain de siège à l’eau chaude avec de la fleur de camomille vous soulagera rapidement.

  • Des sacs de glace

Vous pouvez atténuer les veines dilatées et réduire les douleurs en appliquant pendant une dizaine de minutes sur la zone un sac de glace, des glaçons enroulés dans une serviette ou des compresses d’eau.

  • Optez pour du savon doux

Pour accélérer la guérison, il faut une hygiène irréprochable mais il ne fait pas faire n’importe quoi. Bannissez les gels douches et utilisez un savon doux sous la douche.

Après les selles, lavez la zone avec de l’eau et du savon doux et délicatement. Pour vous essuyer après le nettoyage, utilisez un sèche-cheveux plutôt qu’une serviette.

  • Les remèdes naturels

Ils peuvent vous aider en complément d’une pommade par exemple. La tisane d’hamamélis en bain de siège notamment est d’une efficacité redoutable.

  • Passez moins de temps aux toilettes

La position assise lorsque vous êtes aux toilettes n’est pas naturelle et va vous forcer à contracter la région anale de manière excessive. Il est donc important de ne pas rester plus que nécessaire aux toilettes.

  • Evitez le papier toilette

Ce n’est pas évident de se passer du papier toilette mais c’est pourtant essentiel. Si vous êtes chez vous, remplacez-le par un lavage à l’eau de la zone anale. Si vous n’êtes pas chez vous, utilisez dans lingettes pour bébé. Essayez donc d’en avoir toujours sur vous !

  • Buvez beaucoup d’eau et consommez des fibres

Il faut à tout prix éviter la constipation si vous avez souvent des crises hémorroïdaires. Pour cela, buvez au moins 1,5 l d’eau par jour et consommez des fibres qui sont essentielles pour un bon transit intestinal et pour leurs qualités anti-constipantes.

En suivant ces quelques conseils et astuces, vous préviendrez les risques d’une récidive et vous réduirez les différents symptômes que l’on peut ressentir lors d’une crise hémorroïdaire.

Soigner les Hémorroïdes : Causes, Symptômes et Traitements Efficaces
4.9 (98.18%) 22 votes