Burnout : causes, symptômes & traitements pour vous en sortir

Le syndrome du burn out est devenu de plus en plus fréquent au fil des années. En effet, les individus pensent qu’en travaillant d’arrache-pied tout au long de la journée, ils boosteront leur carrière et obtiendront satisfaction professionnelle. Malheureusement, réfléchir ainsi entraîne un épuisement professionnel intitulé plus communément « burn out ».

Ce syndrome est reconnu et peut être prévenu. Dans cet article, nous identifierons les causes, les symptômes et le traitement d’un burn out. Un questionnaire vous sera également proposé afin de vous tester et d’identifier vos propres symptômes. Le Syndrome du Burnout peut avoir des conséquences irréversibles tant au niveau physique, social que mental.

En prévenant rapidement dès les premières apparitions des symptômes, vous pourrez éviter à votre corps de passer par ces conséquences négatives sur votre vie et votre organisme. Apprenons à dire stop aux épisodes stressants de notre vie et cherchons l’épanouissement dans plusieurs sources.

Qu’est-ce qu’un burn out ?

L’appellation anglaise « burn out » est communément reprise par les citoyens français dès lors qu’ils parlent d’épuisement professionnel.

En effet, ce syndrome est la plupart du temps lié au monde professionnel. Ces dernières années, l’augmentation de sujets atteints par un symptôme (ou plusieurs) devient alarmante et la question de savoir si cela doit être reconnu comme une maladie professionnelle se pose.

Pour comprendre d’où vient ce mot, il faut traduire l’expression anglaise « to burn out ».

Cette dernière signifie « se consumer ». En d’autres termes, il s’agit tout simplement de dépenser bien trop d’énergie dans son travail, jusqu’à atteindre l’épuisement total. Malheureusement, cet épuisement entraîne chez le patient un état physique, moral et intellectuel déplorable. Ce dernier n’est plus en mesure de réfléchir dans le bon sens tant son stress au travail est élevé. Un syndrome qui se veut alarmant pour tous les professionnels.

Bien souvent, les personnes touchées sont les personnes s’impliquant énormément dans leur travail et souhaitant satisfaire un maximum de personne. Très consciencieuses dans leur travail, elles vont s’acharner jusqu’à arriver à un surmenage intense. Leur motivation se verra diminuer et leurs performances avec.

La différence entre burnout et dépression

Bien souvent, les personnes ne font pas la différence entre la dépression et le burnout. En effet, de nombreux symptômes sont communs à chacun. Trouble de la concentration, de la mémoire ou encore du sommeil font partie de ces derniers.

La différence entre ces deux maladies est très compliquée à percevoir, tant les diagnostics peuvent amener à l’une ou l’autre des conclusions. Malgré une immense ressemblance, les médecins vont devoir creuser en profondeur, afin de déterminer si le patient est atteint d’un syndrome du burnout ou d’une dépression.

Dans le cas d’une dépression, le sujet n’a généralement goût à rien et est parfois touché par un stress chronique. Tous les aspects de sa vie ne lui conviennent plus et il n’arrive pas à trouver du positif dans ce qu’il fait. La famille, les loisirs, les amis et le travail peuvent tous être la cause d’une dépression.

Lorsque l’on parle d’épuisement professionnel, l’individu est toujours en situation de stress chronique par rapport à son travail. Ce stress peut ensuite engendrer un malaise au sein de sa famille et de son entourage.

Le coût du burnout sur la société

L’épuisement professionnel n’a pas uniquement des conséquences pour l’employé. En effet, ce syndrome coûte beaucoup d’argent à la société. En 2017, l’Institut National de Recherche et de Sécurité a sorti des chiffres accablants.

Estimant le coût du burn-out entre 2 et 3 milliards d’euros par an, l’institut met l’accent sur les conséquences négatives de l’épuisement professionnel. Ces coûts sont liés dans un premier temps aux soins du salarié, ainsi qu’à la réorganisation des activités de l’entreprise. Si un employé est absent, toute la chaîne de production est concernée et doit être réorganisée.

Bien qu’officiellement ce syndrome ne soit pas considéré comme une maladie professionnelle, il n’en reste pas moins qu’il engendre des semaines et des semaines d’arrêts maladie.

Les entreprises dépensent des sommes pour ces arrêts, les salariés également, tout comme l’assurance maladie. Il est donc important de prévenir les symptômes et de réagir quand il est encore temps. Cela permettra de réduire les frais financiers, mais surtout d’éviter aux patients un épuisement total.

Qui est concerné par le burn out ?

Tous les professionnels sont concernés par le burnout. Qu’ils soient jeunes ou plus âgés, débutants ou expérimentés, cadres ou non, chacun peut être touché par ce syndrome.

En règle générale, les milieux professionnels où la pression et les exigences demeurent nombreuses sont les terrains propices aux épuisements professionnels. Il faut dire que les individus vont tout faire pour répondre aux attentes de leur employé, quitte à ce que leur santé diminue. C’est le cas notamment des personnes perfectionnistes, avec une forte conscience professionnelle.

En dehors de ces points, les citoyens ayant des prédispositions à l’anxiété seront également à surveiller de très près. En effet, déjà touchés par le stress, ils auront tendance à s’engouffrer davantage dans le travail et à oublier de lâcher prise et de se reposer.

burnout parental

Crédit image : http://www.dhnet.be/actu/sante/burn-out-les-habitudes-qui-sauvent-574ffd6235708ea2d6159191

Les types de burnout

Jusqu’ici, seul l’épuisement professionnel a été mis en avant, cependant, sachez qu’il existe bien d’autres types de burn out et plus précisément le burn out parental (paternel ou maternel). Il faut dire que l’épuisement peut très bien se traduire par un épuisement au travail, comme un épuisement à la maison.

Burn out parental

Ce sujet est tabou, car les parents n’osent pas toujours mettre le point sur le malaise et surtout leur dépression du fait d’être parents. Effondrés, épuisés, incapables de continuer ainsi, ces parents ne savent pas comment s’en sortir avec leurs enfants. D’une étape dans la vie magique en découle en réalité un véritable cauchemar.

Pour ceux qui ont osé lever le voile sur leur dépression, ils décrivent leurs journées comme ingérables. Incapables de se faire respecter, ils déplorent que leur amour ne suffise pas à leurs enfants pour bien se tenir. Cette situation les amène à un burn out parental.

Il est important d’agir dans ces moments-là, afin que les parents se sentent compris et aidés. Ils pourront dans ce cas s’en sortir et reprendre en main leur vie de famille. Comportements abusifs, angoisses, troubles du sommeil, humeur changeante, débordements violents, isolement, épuisement physique sont quelques signes qui permettront à l’entourage d’alerter la mère ou le père de son état.

Les causes possibles du burnout

Dans un contexte économique où les entreprises demandent de plus en plus de choses à leurs employés, il n’est plus rare de retrouver un travailleur particulièrement épuisé physiquement et émotionnellement.

Dans la plupart des cas, cette personne est soumise à un état de stress. Additionné à des facteurs divers et variés, le professionnel n’arrivera pas à sortir de son cercle infernal et finira par aggraver sa situation. Ci-dessous une liste non exhaustive de causes possibles à l’épuisement professionnel :

  • le manque de délégation est un point non négligeable. En cas de surcharge de travail, il est important de trouver un moyen de déléguer ou de travailler en équipe. Les objectifs seront partagés et atteints grâce à cette entraide.
  • l’estime de soi est importante, mais être trop exigeant envers sa personne peut avoir de lourdes conséquences sur l’état de santé. Ainsi, nul besoin de vouloir montrer qu’il est possible de tout gérer, de ne jamais faire d’erreur et de n’avoir aucune faiblesse. Cette exigence aura tendance à épuiser le sujet.
  • le travail est important, mais il est loin d’être le centre du monde. L’individu a besoin de se reposer et de varier les activités. En dehors du travail, il est important d’entretenir des relations humaines, des loisirs et de s’octroyer des moments de détente et de bien-être. Le psychique sera ainsi préservé.
  • la conscience professionnelle est bien, en avoir trop peut enclencher un burnout. Les problèmes professionnels doivent rester au travail. En les apportant chez soi, le climat de sérénité qui régnait dans la maison s’envole doucement.

Les symptômes du burnout

Le corps alerte toujours le patient qu’il est sur le point d’être malade, quelle que soit la maladie. Dans le cas du burn-out, cette alerte est également effectuée. Bien souvent, il s’agit de signes physiques et émotionnels, bien qu’ils soient considérés dans de nombreux cas pour un surmenage.

En connaissant les symptômes possibles du burn out, il est plus « facile » de pouvoir changer ses habitudes et éviter de tomber dans un épuisement total. En arrivant à ce stade, il est plus compliqué et long de s’en remettre et de continuer à apprécier le travail fait chaque jour.

Bien que les symptômes puissent varier d’une personne à l’autre, généralement ils se ressemblent et peuvent ainsi aider les sujets potentiellement atteints à comprendre leur état.

Symptômes émotionnels

Les signes annonciateurs peuvent être nombreux, mais psychologiquement, voici ce qu’il y a à retenir et qui pourra aider à se rendre compte si le burn-out est sur le point de s’exprimer ou non.

  • Stress chronique : le stress est l’un des plus gros symptômes. Il peut se traduire par de l’anxiété, des crises de panique / d’angoisse, voire même de l’insécurité.
  • Changement d’humeur : colère, irritabilité et pleurs sont les principaux signes d’un changement soudain d’humeur.
  • Isolement : en cas de surmenage intense, le sujet ressent le besoin de s’isoler. Il est également pris d’un sentiment d’échec pour tout ce qu’il entreprend. La confiance en lui s’en fait aussi ressentir.
  • Dépression : démotivation pour tout ce que le sujet entreprend, entraînant ainsi un désintérêt pour tout ce qui l’entoure et une dépression.
  • Concentration diminuée : dans le cas d’un épuisement professionnel, la concentration est à son tour touchée, tout comme les pertes de mémoire.

Il est en outre possible que la personne se retrouve avec des symptômes émotionnels encore plus graves comme des accès de colère entraînants de la violence sur elle ou sur ses proches. Les idées suicidaires peuvent par ailleurs être de la partie, dans des cas extrêmes.

Pourquoi agir ? Les risques de complication

Malheureusement, si personne ne réagit en cas de burn out, des risques de complication sont observés, bien plus compliqués à guérir rapidement. En effet, si l’individu n’est pas suivi très rapidement, il peut se retrouver dans un état grave. Ainsi, il s’approche dangereusement d’une dépression majeure, demandant de puissants antidépresseurs pour en sortir.

Il est important d’agir rapidement, car l’épuisement professionnel n’est pas anodin. Si les travailleurs sont soumis à une période de stress chronique, qu’ils rencontrent des problèmes personnels, ils finiront par ne plus réussir à sortir de cette spirale infernale. Le cerveau, une fois touché, aura bien du mal à se reconstruire et les conséquences peuvent être irrémédiables.

Qui consulter pour diagnostiquer votre situation ?

Plusieurs personnes sont capables de détecter si un individu a des symptômes de burn-out ou non. Ainsi, en les identifiant, il sera possible de les rencontrer pour diagnostiquer la situation actuelle.

  • Le médecin généraliste pourra faire prendre conscience au patient qu’il est dans un état de surmenage et qu’il doit se prendre en main pour ne pas tomber dans l’épuisement professionnel.
  • Le médecin spécialisé dans la psychothérapie saura intervenir si le burn-out est en place depuis un certain temps. Il accompagnera le patient à se reconstruire et à trouver la voie dans ce sens. Les médecins psychothérapeutes ont suivi une formation de plusieurs années pour avoir la reconnaissance. Il est indispensable de bien vérifier qu’il s’agit d’un médecin ou d’un psychologue, car d’autres thérapeutes pourraient se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas.
  • Le psychiatre-psychothérapeute va s’intéresser de plus près à ce qui se passe dans la tête du sujet. Son analyse en profondeur aidera davantage le patient, sans pour autant lui prescrire des antidépresseurs. En revanche, dans des situations sévères, il sera obligé d’en arriver à cette prescription.
  • L’auto-assistance peut être un bon moyen de se rétablir, dans le cas où l’intéressé n’a pas nécessairement envie de passer par la case médecin. En ligne, des assistances sont proposées aux individus, par le biais de chat, mail ou téléphone. Un moyen qui peut faire ses preuves sur le long terme, selon l’état.

Êtes-vous en burnout ?

Il n’est pas toujours facile d’identifier les symptômes, parfois même le patient pense qu’il a tous les symptômes, alors qu’il ne les a pas. Pour cela, des professionnels de la santé ont conçu des tests plus ou moins complets, permettant d’avoir une indication sur son état de santé.

Les résultats sont à prendre avec des pincettes, il est important de rappeler qu’une consultation sera plus à même d’affirmer que le sujet est effectivement en période d’épuisement professionnel ou personnel.

Si vous souhaitez en savoir plus sur votre état de santé, faites l’un de ces tests : 

Nous vous conseillons de remplir les informations avec le plus de précisions possible. Plus vous serez honnêtes et plus il sera possible de constater d’un burn-out ou d’un début de burn out.

Vous êtes en burnout : que faire au quotidien ?

Une fois le résultat obtenu avec ces tests, vous aurez une idée sur votre situation actuelle. Si les réponses indiquent un burn out naissant, il vous faudra surtout ne pas nier l’évidence.

Ce syndrome n’est pas anodin et éviter les signes ne permettra pas une bonne guérison, bien au contraire. Il faut savoir qu’au quotidien des actions peuvent être menées pour sortir la tête de l’eau et des droits existent.

Vos droits

En tant que salarié, les droits sont facilement identifiables et doivent être connus de tous. En effet, avant toute chose, le sujet devra se rendre chez son médecin afin d’évaluer la situation. Il sera ensuite conseillé d’en parler à ses collègues, son responsable et les ressources humaines. Ces partis pourront l’aider à se reconstruire.

Si un délégué du personnel est présent dans l’entreprise, ce dernier pourra à son tour être sollicité. La médecine du travail pourra aussi être appelée. En fonction du burn out, il est possible que le Code du travail soit amené à entrer en scène (notamment en cas de harcèlement moral).

Le travailleur aura également la possibilité de demander une rupture conventionnelle ou une rupture du contrat de travail aux torts de l’employeur. Dans ces cas, il est recommandé d’être sorti du burnout pour plus d’efficacité.

Consultation médicale et la suite possible

L’épuisement professionnel n’est à l’heure actuelle pas considéré comme une maladie professionnelle. De ce fait, si un patient demande à ce que son burn-out soit reconnu comme tel, des preuves lui seront demandées. Il devra alors montrer que son milieu professionnel l’a plongé dans une situation délicate au niveau de la santé, l’empêchant de travailler au mieux.

La CPAM sera au centre de tout le processus et effectuera les démarches pour trouver les preuves et les faire appliquer ou non en la faveur du salarié.

Les premiers « soins »

Le burn out demande du repos et de la reconstruction pour le patient atteint de ce syndrome. Il aura besoin de faire un break et de sortir de cette bulle dans laquelle il s’est plongé. Pour cela, l’arrêt maladie de plus ou moins longue durée pour l’accompagner dans sa guérison sera recommandé. Durant ce temps de repos, il aura besoin de reprendre goût à certaines activités sportives et certains loisirs. S’échapper de son quotidien et se reconstruire seront ses principales missions avant de choisir – le cas échéant – un traitement plus fort.

Les traitements pour s’en sortir

Heureusement, il existe des traitements permettant de voir le bout du tunnel et ne plus être en épuisement professionnel. Nullement considéré comme une maladie, le burn-out est vu comme un souci d’adaptation.

Si les sujets s’attendent à recevoir une liste de médicaments pour s’en remettre, ils vont être déçus : le repos est le moyen le plus efficace de se rétablir et se reconstruire. Arrêt maladie, activité physique, repos et loisirs seront les remèdes efficaces. En revanche, si les symptômes persistent, la question de prescrire des antidépresseurs ou des anxiolytiques se pose.

Comment prévenir & éviter les burn out ?

Vouloir tout contrôler et donner trop d’importance à son travail amène généralement à un point de rupture. Nous sommes tous des humains et il est évident que la vie ne se résume pas qu’à son travail.

Si une personne ne jure que par son travail, qu’il soit l’unique ressource de son épanouissement personnel, il y a fort à parier qu’elle finira par s’épuiser émotionnellement et physiquement. La reconnaissance de soi passe par le travail, mais également par les loisirs, les activités sportives et la famille / les amis.

Pour prévenir et éviter les burnout, il est obligatoire de prendre du temps pour soi. Trouver des passions dans lesquelles ils excellent, améliorer leur cadre de vie et laisser le travail au travail permettront à ces personnes de ne pas tomber dans l’épuisement total.    

 

Vous connaissez quelqu’un à la limite du Burnout ?
PARTAGEZ cet article (en le postant sur Facebook, ou en message direct).
Vous pouvez lui rendre un grand service…

Burnout : causes, symptômes & traitements pour vous en sortir
3.7 (73.33%) 3 votes

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: