Allergies alimentaire
4.9 (98.67%) 15 votes

Allergies alimentaire : symptômes, cause & traitements

Les allergies alimentaires ne cessent de progresser ces dernières années. La population allergique à certains aliments à même doublée en 20 ans. Les enfants sont très touchés par ce type d’allergie mais ce ne sont pas les seuls et il n’est pas rare de voir un adulte de 40 ans découvrir qu’il souffre d’une allergie alimentaire.

Elle est différente de l’intolérance aux aliments bien que les deux soient souvent confondues. Une allergie alimentaire n’est pas à prendre à la légère car elle peut avoir de graves conséquences sur votre santé.

Lorsque l’on suspecte une allergie alimentaire ou lorsque l’on en souffre, ce n’est pas facile de trouver toutes les réponses aux questions que l’on se pose. Qu’est-ce qu’une allergie alimentaire ? Quels sont les principaux aliments mis en cause ? Quels sont les symptômes à repérer ? Comment sont-elles diagnostiquées ? Comment gérer l’allergie alimentaire chez l’enfant ?

Vous vous posez sans doute toutes ces questions et nous avons décidé d’y répondre dans ce guide complet sur le sujet.

L’allergie alimentaire en quelques mots

Une allergie alimentaire est une réaction dite anormale de votre système immunitaire qui suit l’ingestion d’un aliment que l’on appelle un allergène. L’allergie se déroule en deux étapes comme c’est par exemple le cas lors d’une allergie respiratoire (pollens, acariens).

Lors de la première étape, appelée phase de sensibilisation, il y a un premier contact entre votre organisme et l’allergène. Lors de la deuxième étape, on parle de phase de déclenchement. Votre organisme va à nouveau être en contact avec l’allergène. Cela va produire une réaction, c’est l’allergie.

L’allergie alimentaire est donc une réaction anormale de défense du corps à la suite de l’ingestion d’un aliment.

Les symptômes

Les symptômes d’une allergie alimentaire apparaissent généralement dans les minutes qui suivent l’absorption de l’aliment en cause. Ils peuvent être différents d’une personne à l’autre. Voici donc les principaux symptômes d’une allergie alimentaire :

  • Les symptômes respiratoires

Lors d’une allergie alimentaire, vous pouvez avoir une respiration sifflante, une sensation de gonflement au niveau de la gorge, des sensations d’étouffement, un asthme, des éternuements et une difficulté à respirer.

  • Les symptômes cutanés

Si vous avez une allergie alimentaire, il est fort probable que vous ressentiez des démangeaisons, un gonflement des lèvres, du visage ou des membres, des éruptions cutanées, de l’urticaire, de l’eczéma et des rougeurs.

  • Les symptômes digestifs

Dans le cas d’une allergie alimentaire, il est possible de ressentir des troubles digestifs tels que des crampes abdominales, des nausées, des vomissements, des diarrhées et des coliques.

  • Les symptômes cardiovasculaires

Une perte de conscience, des étourdissements, un pouls faible et une pâleur peuvent être également les symptômes d’une allergie alimentaire.

  • Un choc anaphylactique

Le choc anaphylactique est plus fréquent chez l’adulte que chez les enfants et est la réaction allergique la plus forte. Elle comporte

  • L’Œdème de Quincke

C’est l’un des symptômes les plus graves d’une réaction allergique alimentaire. L’œdème de Quincke peut être provoqué par la consommation de crustacées, d’œuf, de cacahuètes mais également lors de la prise de certains médicaments.

Ce symptôme peut arriver à n’importe quel âge, de l’enfant à la personne âgée et à la même fréquence. L’œdème de Quincke se caractérise au niveau du larynx qui va se mettre à gonfler rapidement et brutalement entrainant l’obstruction des voies respiratoires.

L’œdème de Quincke demande une prise en charge immédiate car la personne va être privée rapidement d’oxygène à cause du gonflement qui obstrue sa gorge. Son visage va devenir bleu et peut avoir des conséquences graves et notamment un décès.

Si cela arrive à quelqu’un de votre entourage, vous devez absolument et rapidement appeler le SAMU ou les pompiers. En les attendant, vous devez maintenir la personne assise afin de dégager au maximum des voies respiratoires. Dès que la personne est prise en charge, elle recevra une injection de cortisone qui va réduire l’inflammation.

L’œdème de Quincke est à connaître si vous avez quelqu’un de votre entourage qui souffre d’une allergie alimentaire afin d’avoir les bons gestes immédiatement. Si c’est vous qui avez une allergie due à un aliment rassurez-vous, cela ne vous arrivera sans doute pas car cela reste rare.

Les principaux aliments allergènes

Tous les aliments ou presque peuvent être responsables d’une allergie alimentaire mais il faut reconnaître que certains sont plus propices à provoquer des réactions allergiques. Voici notre tour d’horizon de ces aliments montrés du doigt pour un grand nombre d’allergies :

  • Le lait de vache

L’allergie au lait de vache est l’allergie du nourrisson la plus fréquente même si elle peut arriver à tout âge. L’allergène majeur du lait de vache est la bêta-lactoglobuline mais l’albumine et la caséine sont également allergisantes.

Si l’allergie au lait de vache est confirmée, toute protéine lactée bovine est à proscrire de votre alimentation. Il faut également faire attention aux allergies croisées et supprimer les substituts de lait à base de soja.

  • L’œuf de poule

L’allergie à l’œuf de poule concerne 5 % des enfants et est fréquente chez les adultes. C’est une allergie qui peut être soudaine et grave. Mais rassurez-vous, dans la majorité des cas, les symptômes ne sont « que » de l’urticaire ou de l’eczéma.

C’est surtout dans le blanc d’œuf que l’on retrouve principalement les protéines allergisantes de l’œuf. Il est important de savoir qu’une allergie à l’œuf de poule demande une vigilance de tous les instants. En effet, on retrouve la présence de protéines d’œuf dans de nombreux médicaments et vaccins, dans des produits d’hygiène et bien sûr, dans de nombreux plats industriels.

  • L’arachide

L’allergie à l’arachide est de plus en plus fréquente. Elle se manifeste le plus souvent par des diarrhées, des vomissements et des nausées. Il peut également apparaître des poussées d’urticaire conduisant à un état de choc anaphylactique dans les cas les plus graves.

Les autres aliments responsables des allergies alimentaires :

  • Les poissons
  • Les fruits de mer
  • Le soja
  • Le blé
  • Les graines de sésame
  • Le blé
  • Les graines de sésame
  • Les fruits à écales
  • Le riz
  • La moutarde

Comment est diagnostiquée une allergie alimentaire ?

Pour dépister une allergie alimentaire, plusieurs moyens sont utilisés. Le diagnostic commence par un interrogatoire précis. Il vous sera demandé vos antécédents familiaux, vos symptômes, ce que vous avez mangé, quand et ainsi de suite.

Si vous avez le moindre doute, il est donc important de noter les aliments que vous avez consommés, quand et la réaction allergique que vous avez eue.

Si votre médecin suspecte une allergie alimentaire, il peut vous diriger vers un allergologue. Celui-ci peut prévoir des prick tests. Il s’agit de piqûres épidermiques qui vont introduire l’allergène dans l’épiderme. S’il y a une allergie, une inflammation apparaîtra au bout d’une vingtaine de minutes.

Un patch test peut mettre en évidence une sensibilisation de type retardée. Ce test consiste à poser des substances sur le dos du patient et à vérifier au bout de 48 heures si des réactions apparaissent. La lecture étant assez complexe, c’est le médecin qui pratique ce type de test.

Tous ces tests sont souvent complétés par une prise de sang pour doser les anticorps IgE spécifiques de l’aliment ou d’un allergène de l’aliment.

Il peut arriver que pour confirmer le diagnostic, un test de provocation orale soit réalisé. Il est considéré comme un test de référence. Ce test consiste à consommer l’aliment suspecté en plusieurs étapes et à des doses progressivement croissantes. Ce test est réalisé à l’hôpital.

Comment l’allergie alimentaire se traite-t-elle ?

Le seul traitement efficace est bien sûr de supprimer de son alimentation les allergènes responsables une fois qu’ils sont identifiés.

Heureusement, il existe des traitements qui vont traiter la réaction allergique en elle-même. Il s’agit des antihistaminiques ou des corticoïdes. Ils ont pour rôle de traiter les symptômes.

Le meilleur traitement étant de supprimer l’allergène, vous allez devoir être vigilant et tout vérifier. Il vous faudra par exemple vérifier toutes les étiquettes de tout ce que vous achetez. Il faut surtout faire attention aux allergènes qui n’apparaissent pas sous leur nom commun. Par exemple, les protéines de lait meuvent être mentionnées sous le nom de caséine ou de lactose. Derrière l’ovalbumine et les protéines animales peuvent se cacher l’œuf.

Les allergies alimentaires chez l’enfant

Les enfants ne sont pas épargnés par les allergies alimentaires, bien au contraire ! En effet, près de 10 % d’entre eux y sont sujets contre seulement 3,5 % des adultes. Les allergènes les plus mis en cause ? Le lait, l’œuf, l’arachide, les fruits à coques et le gluten.

Dans 80 % des cas, les symptômes se manifestent au niveau de la peau. Vous allez donc devoir surveiller de près celle de votre bébé ou de votre enfant. Si vous voyez des plaques rouges (eczéma), des petits boutons qui grattent (urticaire) ou des lèvres ou paupières qui gonflent (œdème) il est fort probable que votre enfant fasse une allergie alimentaire.

Au moindre doute, vous devez consulter votre médecin ou votre pédiatre. Il va mener un interrogatoire chronologique pour ensuite vous guider sur ce que vous devez faire. Il vous dirigera très certainement vers un allergologue qui fera un bilan allergologique avec des tests cutanés et une prise de sang.

Pour éviter une récidive de l’allergie, il vous sera recommandé de supprimer l’aliment coupable de l’alimentation de votre enfant. Plus tard, une réintroduction progressive de l’aliment peut être réalisée mais sous la surveillance d’un médecin.

Attention aux allergies croisées

Elles sont méconnues et pourtant fréquentes. Les allergies croisées apparaissent lorsqu’une personne ayant une allergie alimentaire réagit à une autre substance qui n’a pas forcément de relation apparente. Cela s’explique par la présence de protéines qui se ressemblent au sein de 2 substances.

Il existe plusieurs types d’allergies croisées. On trouve par exemple des allergies croisées entre aliments, entre pollens et aliments ou encore entre latex et aliments. Voici quelques exemples d’allergies croisées :

  • Lait de vache ET lait de chèvre
  • Pollen de bouleau ET fruit
  • Lait de vache ET viande de bœuf
  • Ail ET poireau ou asperge
  • Tomate ET aubergine, pomme de terre ou poivron
  • Moutarde ET navet
  • Orange ET mandarine

Il faut rester vigilant aux allergies croisées et ne pas hésiter à demander conseil à votre médecin.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: