Lorsque les gens parlent de cholestérol, ils font toujours référence à cette substance lipidique qui nuit à la santé et peut être mortelle à long terme.

Cependant, il faut savoir que le cholestérol est une substance utile dans le bon fonctionnement de l’organisme. Il peut aussi présenter un risque de maladie cardiovasculaire et d’autres maladies graves lorsque son taux n’est pas surveillé.

Il y a donc lieu de faire une distinction entre le bon et le mauvais cholestérol.

Un tiers du cholestérol est apporté par l’alimentation et les deux tiers sont fabriqués par le foie. Un taux normal dans le sang permet une meilleure protection des artères en leur conférant une certaine souplesse et force. Le déséquilibre, c’est-à-dire un excès, favorise la formation des plaques qui est à l’origine de l’obturation des artères.

L’excès de cholestérol appelé hypercholestérolémie peut être mortel à long terme, car l’obstruction des artères engendre de graves maladies cardio-vasculaires. Un test dans un laboratoire d’analyse est nécessaire pour dépister l’hypercholestérolémie, car cette maladie ne présente aucun symptôme à court terme.

Si l’hypercholestérolémie est dangereuse pour l’organisme, on peut facilement le traiter s’il a été décelé à temps. Le traitement primaire est l’activité physique conjuguée à un régime anti-cholestérol. Et si le résultat n’est pas satisfaisant, les médecins peuvent introduire des médicaments à prendre en plus du traitement primaire.

Plusieurs types de médicaments sont disponibles en pharmacie, mais les médicaments de la famille de statine (Crestor, Lescol et Pravastine) sont les plus utilisés et assurent de meilleurs résultats dans la mesure où la statine bloque la fonction d’une enzyme particulière du foie qui est responsable de la production de cholestérol.

Dans cet article, nous vous expliquons comment dépister un excès de cholestérol, comment vous soigner ainsi que les méthodes de prévention (via l'alimentation notamment) pour contrôler votre taux. ​

Bon et Mauvais cholestérol : les bases.

Le cholestérol est une molécule lipidique qui est présente dans chacune des cellules du corps. Produit naturellement par l’organisme ou apporté par les aliments, il joue un rôle essentiel dans le fonctionnement de l’organisme.

Cette matière grasse dans le sang contribue aussi au bon maintien du système nerveux, du foie, du cœur, de la peau, des muscles et des intestins.

Le cholestérol est très abondant chez l’homme, il peut être d’origine endogène (produit par le foie) ou exogène (apporté par les aliments). Cette substance lipidique est présente dans toutes les cellules du monde animal.

On retient donc deux formes de cholestérol :

  • forme libre (associé à une autre substance)
  • forme estérifiée (lié à un acide gras).

Il a un rôle important dans l’organisme et un mauvais équilibre peut provoquer des complications. Le cholestérol est important dans le métabolisme comme étant le précurseur dans la fabrication de la couche lipidique des membranes cellulaires, des hormones stéroïdes, de la bile et de substances comme la vitamine D.

Quel est le rôle du cholestérol ?

Le corps ne fonctionne pas normalement sans une certaine quantité de cholestérol. Il remplit plusieurs rôles dans le bon fonctionnement de l’organisme.

Fabrication de la membrane cellulaire

Production de la bile

Synthèse de vitamine D

Synthèse des hormones stéroïdes

D'où vient le cholestérol ?

La régulation du taux sanguin de cholestérol dépend de notre hygiène alimentaire et aussi des facteurs génétiques. Notre organisme fabrique près de 70% du cholestérol dans le sang, le reste est introduit par notre alimentation.

Le cholestérol exogène provient surtout des produits d'origine animale tels que la viande, les charcuteries, les produits laitiers et les abats. Mais on le trouve aussi dans d’autres aliments comme les œufs, les poissons et les crustacés.

Une fois dans l’organisme, il est synthétisé par le foie.

HDL-Cholestérol vs LDL-Cholestérol

bon et mauvais cholesterol

Le cholestérol est transporté dans le sang par des protéines associées à des lipides qui forment les lipoprotéines.

Ces dernières agissent sur un double circuit en le transportant du foie vers les tissus et celui des tissus vers le foie via le circuit sanguin.

On distingue deux sortes de lipoprotéines suivant sa densité : la lipoprotéine à faible densité appelée Low Density Lipoprotein (LDL) et la lipoprotéine à haute densité appelée High Density Lipoprotein (HDL).

Les lipoprotéines à basse densité (LDL) assurent le transport du cholestérol du foie vers les tissus. Un excès de cholestérol favorise son accumulation dans les parois artérielles et former des dépôts appelés plaques.

Ces dernières sont à l’origine du rétrécissement des artères qu’on appelle l’athérosclérose. C'est pour cette raison que le cholestérol lié au LDL est appelé « mauvais » cholestérolLes lipoprotéines à haute densité (HDL) assurent le transport du "mauvais" cholestérol des tissus vers le foie, en vue de l’éliminer pour éviter son accumulation dans les tissus, d’où son appellation "bon" cholestérol.

Maintenir un taux élevé de bon cholestérol (HDL-Cholestérol) aide dans la protection des vaisseaux sanguins et du cœur. A noter que le foie est extrêmement sensible au mauvais cholestérol dans les aliments. Il en fabrique plus que nécessaire pour les éliminer.

Il n’y a donc qu’un seul cholestérol, mais l’existence des deux systèmes de transport a permis de déterminer deux formes : le "bon cholestérol" associé à la HDL et le "mauvais cholestérol" associé à la LDL. Ce dernier est à l’origine des maladies cardiovasculaires en cas d'hypercholestérolémie.

Le BON cholestérol

Les HDL récupèrent le cholestérol dans les artères et le transportent vers le foie où il sera éliminé. On compte environ 20 à 30% de cholestérol associé aux HDL dans le sang.

Le bon cholestérol ou HDL-cholestérol débarrasse ainsi du surplus de graisses de mauvaise qualité et réduit les risques de formation de plaques d'athérome et la fréquence des complications cardiovasculaires.

Un taux élevé de HDL favorise la protection de l’organisme et diminue ainsi le risque de complications cardiovasculaires.

Les causes du taux élevé de bon cholestérol sont liées à l’âge, alcool, activité physique, médicaments hypolipémiants, etc. Un taux bas de bon cholestérol est induit au tabac, médicaments (progestatifs, diurétiques, propranolol), diabète, etc.

Comment augmenter son taux de bon cholestérol ?

De nos jours, on cherche tous les moyens pour éliminer le mauvais cholestérol et on oublie d’augmenter le bon alors qu’un taux élevé de ce dernier permet d’éliminer le mauvais tout en diminuant le risque d'athérosclérose, une obstruction des artères favorisant les crises cardiaques ou AVC.

Le bon cholestérol peut être augmenté par différentes façons :

  • POIDS
  • SPORT
  • TABAC
  • GRAISSES
  • ALCOOL

Faire du sport est un excellent moyen pour augmenter le taux de bon cholestérol.

La pratique d’une activité physique régulière pendant plus de 30 minutes par jour permet une perte de poids, donc une élimination progressive du mauvais cholestérol.

Le MAUVAIS cholestérol

mauvais cholesterol effet

Le mauvais cholestérol est la substance lipidique apportée par la lipoprotéine LDL depuis le foie et déposée sur les parois des artères.

Lorsque le mauvais cholestérol est en excès et qu’il n’est pas exploité par le corps, il s’accumule sur les parois des artères et peut boucher les vaisseaux. L’accumulation de ces plaques de graisse entraine l’athérome, dépôt de cholestérol et de globules blancs sur les vaisseaux sanguins.

Le risque cardiovasculaire est élevé lorsque le taux de cholestérol-LDL est élevé.

Et inversement, le risque diminue avec un taux normal. L’accroissement du taux de mauvais cholestérol est imputé au tabac, alcool, sédentarité, alimentation grasse et certains médicaments (cortisone, pilules contraceptives, rétinoïdes …).

Le mauvais cholestérol est à l’origine de l'hypercholestérolémie.

L'hypercholestérolémie

L'hypercholestérolémie est un trouble métabolique qui se traduit par une élévation anormale du taux sanguin de cholestérol (hyperlipidémie).

Ce trouble constitue un facteur de risque important pour les maladies cardiovasculaires et l'athérosclérose des vaisseaux. Elle peut être congénitale ou acquise, et peut se manifester dès l'enfance en cas d’hyperlipidémie familiale.

La prise en charge médicamenteuse à vie est souvent nécessaire pour éviter les complications.

  • SYMPTÔMES
  • CAUSES
  • CONSÉQUENCES

Généralement, les symptômes de l’hypercholestérolémie ne se montrent qu’après plusieurs années, notamment jusqu’à ce que l’obstruction des artères provoque des complications graves.

En l’absence des symptômes, il est difficile de connaitre si l’individu est malade ou non. La présence d’hypercholestérolémie est révélée dans la plupart des cas lors des visites médicales systématiques.

Les symptômes différent des organes touchés par les plaques d'athérome :

  • L’hypercholestérolémie peut entrainer un accident vasculaire lorsque les artères du cerveau sont bouchées.
  • Si les artères coronaires sont touchées, la maladie se manifeste par des oppressions au niveau de la poitrine (angine de poitrine ou angor) pouvant entrainer un arrêt cardiaque.
  • Dans le cas des artères des reins, l’hypercholestérolémie se manifeste par une hypertension amenant à une insuffisance rénale.
  • Pour les personnes atteintes d’hyperlipidémie familiale, d’autres manifestations plus importantes peuvent être perceptibles étant donné que le taux de cholestérol dans le sang est de 2 à 8 fois supérieur au taux normal.
  • On peut apercevoir sur l’individu de petits nodules jaunâtres sur la peau (Xanthomes) ou sur les paupières (Xanthélasma), mais souvent de cercle jaune autour de l’iris de l’œil.
symptome cholesterol

Autres symptômes pouvant indiqués un trop plein de cholestérol :

  • des douleurs dans les mollets,
  • des douleurs dans la poitrine avec une sensation d’oppression,
  • des nausées et vertiges,
  • de la fièvre et des maux de tête,
  • ne sensation d'essoufflement et des palpitations,
  • une sensation de froid aux extrémités,
  • une perte de force au niveau du visage, des bras, des jambes,
  • des difficultés d’élocution,
  • un trouble de la vue

Les 3 types d'hypercholestérolémie

Il existe 3 grandes formes d’hypercholestérolémie selon la cause qui engendre cet excès de mauvais cholestérol ou selon le type de personne touchée.

  • PRIMAIRE
  • SECONDAIRE
  • CHEZ l'ENFANT

Les enfants peuvent eux aussi souffrir d’hypercholestérolémie. La cause peut être génétique et dans ce cas l’excès de mauvais cholestérol sera présent dès la naissance et tout au long de sa vie. Cependant, pour la majorité des enfants la cause n’est pas génétique. Très souvent cette hypercholestérolémie de l’enfant ne signifie pas qu’il sera malade une fois adulte. 

Dans la plupart des cas elle disparait à l’âge adulte. Un changement dans l’alimentation de l’enfant peut stopper cette hypercholestérolémie. De même si l’enfant ne pratique pas d’activité physique, il est conseillé de l’inscrire dans un club de sport. Un traitement médical est à prévoir que dans certains cas.

Les personnes à risques accrus d'hypercholestérolémie

Même si l’hypercholestérolémie peut toucher toute personne dont l’alimentation n’est pas équilibrée, taux de HDL-Cholestérol par rapport au taux de LDL-Cholestérol, certains individus sont plus favorables à un excès de cholestérol dans le sang.

Ces personnes à risque sont :

  • Les personnes ayant un antécédent familial d’hyperlipidémie familiale : les personnes ayant un ou des parents présentant une hyperlipidémie familiale peuvent aussi souffrir de la même affection génétique. La fabrication endogène de cholestérol est très élevée par rapport à la normale.

    On estime que le taux est de de 2 à 8 fois plus élevé que le normal, la valeur augmente sensiblement lorsque les deux parents souffrent d’hyperlipidémie familiale.
  • Les personnes consommant trop de graisses animales : la consommation importante de graisses animales favorise le risque d’hypercholestérolémie. Les graisses saturées dans les graisses animales augmentent le taux dans le sang et obstruent sur le long terme les artères.

    Il est important de connaitre les graisses utilisées dans les aliments (graisses cachées) étant donné que tout le monde peut devenir des personnes à risques à force de consommer ces aliments sans soupçonner la quantité de graisse animale.

    Notre besoin quotidien en graisse est de 60 à 70 g, et les charcuteries et plats préparés peuvent en apporter plus, l’excès de graisse serait nocif à l’organisme.
  • Les personnes sédentaires : chez les personnes qui manquent d’activité physique, le risque d’hypercholestérolémie est plus élevé. Les graisses ne sont pas transformées en énergie et s’accumulent dans le corps.

    La sédentarité présente donc un risque potentiel d’excès d’autant plus que les personnes consomment trop de graisses sont dans la plupart des cas sédentaires.
  • Les personnes atteintes de diabète de type 2
  • Les personnes ayant un problème d’hypertension​

Les cas particuliers et nos réponses :

Les profils ci-dessous ne sont pas forcément à risque, mais il convient de prendre des précautions particulières si vous fumez, êtes enceinte ou prenez la pilule contraceptive en ayant des problèmes de cholestérol. Cliquez ci-dessous pour consultez nos guides complets sur le sujet.

Cholestérol et maladies / conditions particulières :

Stress, hypertension, AVC... Le cholestérol est souvent plus dangereux quand il survient chez un patient souffrant déjà d'une maladie ou d'une condition affaiblissant son organisme. Cliquez sur les conditions suivantes pour obtenir nos conseils précis :

Comment mesurer et connaître son taux de cholestérol ?

Pour connaitre votre taux, il est impératif de faire un bilan lipidique ou un examen complet en laboratoire d'analyses. On peut aussi le faire à la maison depuis que des appareils comparables au fonctionnement du glucomètre sont devenus accessibles au grand public.

L’analyse nécessite une prise de sang à jeun, au minimum 12h après le repas.
Plus d'infos ici => Pourquoi faire ses analyses de sang cholestérol à jeun ?

Le bilan lipidique permet de comparer son taux de cholestérol dans le sang, cholestérol total et cholestérol sous sa forme combinée avec des protéines de faibles (LDL) et hautes densités (HDL), par rapport au taux normal.

Les tests en laboratoire d'analyse

Les tests à domicile

Décrypter un rapport après un test de son taux de cholestérol

Le bilan lipidique comprend le taux total, le taux de cholestérol-LDL, le taux de cholestérol-HDL et le taux de triglycérides.

Le rapport indique le taux de cholestérol dans le sang. Si les chiffres indiqués par les appareils de mesures ou l’analyse en laboratoire sont supérieurs aux valeurs normales indiqués si dessous, l’individu peut présenter une hypercholestérolémie.

Bilan lipidique resultat

=> Le guide complet pour comprendre un rapport d'analyse de cholestérol.

Traitement : le rôle des statines pour soigner le cholestérol.

Le traitement de l’hypercholestérolémie varie d’un individu à l’autre. Le premier traitement prescrit par le médecin consiste à suivre un régime diététique adapté pour retrouver un taux normal de cholestérol.

Un régime enrichi en graisses polyinsaturées réduit la cholestérolémie et le taux des lipoprotéines LDL.

Si le premier traitement n’a pas abouti à un résultat satisfaisant au bout de 3 mois, l’introduction de médicaments sur ordonnance devient nécessaire. Les inhibiteurs de la HMGCoA réductase (statines) constituent un traitement efficace contre l’hypercholestérolémie.

Qu'est ce que les statines ?

Les nombreux avantages (pas tous connus) des statines

Effets secondaires possibles et controverses sur les statines

La liste des médicaments contre le cholestérol disponibles sur le marché :

Sur le marché, il existe plusieurs médicaments pour traiter l’excès de cholestérol dans le sang. En effet, l'hypercholestérolémie peut être traitée de diverses manières suivant la prescription du médecin.

Les traitements naturels, et ceux dits "alternatifs"

Au delà des statines, qui sont le traitement le plus connu pour lutter contre le cholestérol, il existe plusieurs autres solutions plus naturelles, ou alternatives selon le point de vue, pour aider à diminuer le mauvais. Consultez nos guides ci-dessous :

Alimentation : que manger pour contrôler / diminuer son cholestérol ?

La vérité sur les bons et les mauvais aliments, ainsi que les boissons à privilégier ou éviter dans le cadre d'un régime anti-cholestérol. Nous vous disons tout sur les aliments et boissons, et leur impact sur le cholestérol.

QUE MANGER ?

QUE BOIRE ?

boisson-et-cholesterol

Que penser des régimes anti-cholestérol

Plusieurs idées sur le régime anti-cholestérol sont fausses dans la mesure où il favorise l’excès de mauvais cholestérol. Contrairement aux idées reçues, le régime anti-cholestérol n’est pas basé sur une alimentation sans gras.

En effet, on a tendance à éviter les lipides lorsqu’on a un problème de l’hypercholestérolémie et le résultat est controversé : le taux de cholestérol dans le sang ne cesse d’augmenter.

La raison est qu’en éliminant les corps gras dans nos assiettes, on se prive aussi des acides gras protecteurs alors qu’ils ont pour rôle de diminuer le mauvais cholestérol. Il en est de même pour un régime sans aliments riches en cholestérol à l’exemple du jaune d’œuf.

Plus notre alimentation est riche en cholestérol, moins le foie en produit. Et inversement, plus on évite les aliments gras, plus le foie fabrique de cholestérol.

Et enfin, on a tendance à penser que les sucreries n’ont pas d’effet sur le cholestérol total, ce qui est aussi complètement faux. Les aliments à fort index glycémique tendent à favoriser l’excès de glucides totaux dans l’organisme, ce qui provoque une diminution du bon cholestérol (HDL-Cholestérol) et une augmentation des triglycérides.

Quel est donc le bon régime à adopter pour diminuer son cholestérol ?

Il est important de suivre un nouveau style de vie avec une nutrition équilibré tout en privilégiant certains aliments dans nos plats. L’idée est de conserver certains paramètres nutritionnels sans se priver sur le goût en préservant la qualité nutritionnelle des aliments.

Quelques paramètres nutritionnels doivent être appliqués :

  • Surveiller l’apport global de graisses : environ 35% des calories totales ;
  • Réduire les acides gras saturés apportés par le beurre, aliments d'origine animale, viennoiseries, pâtisseries et certains produits industrialisés comme les biscuits, les plats cuisinés ;
  • Augmenter les acides gras insaturés apportés par les huiles végétales, fruits secs oléagineux, poissons gras des mers froides ;
  • Limiter le cholestérol présent dans les graisses animales, abats et jaune d'œuf ;
  • Augmenter les anti-oxydants protecteurs apportés par les fruits et légumes frais (vitamines C, E, béta-carotène …).​

Les aliments à (vraiment) éviter

Pour mieux contrôler le taux de cholestérol dans le sang, il est important de détourner de certains aliments qui nous sont chers et qu’on a l’habitude de manger. Un régime anti-cholestérol implique donc l’élimination de certains aliments dans nos assiettes.

  • Les graisses animales : les plats préparés avec des graisses animales favorisent le mauvais cholestérol. Il n’est pas conseillé de manger des aliments contenant des matières grasses animales même s’ils ont été préparés à la maison. C’est également le cas avec les snacks salés et les biscuits. Bien lire les ingrédients sur l’emballage doit être une habitude dans les supermarchés et les boutiques du quartier.

    Pour éviter la consommation excessive des matières grasses animales, il est conseillé d’utiliser des graisses végétales insaturées qui sont essentielles à l’organisme étant donné qu’il ne peut pas en fabriquer. Elles doivent donc être assimilées via l’alimentation. Les graisses végétales sont riches en Omégas 3 et 6 qui participent aussi à la réduction du taux de cholestérol dans le sang.
  • Les produits laitiers entiers : la consommation de produits laitiers entiers augmente le taux de cholestérol total dans le sang, notamment le mauvais cholestérol. Les produits laitiers sont riches en acides gras saturés : le yaourt, le lait, la crème fraîche, les crèmes glacées et le beurre.

    C’est également le cas pour certains aliments comme les avocats et la mayonnaise entière. On trouve actuellement un large choix d’alternatives aux produits laitiers entiers, à l’exemple des produits laitiers maigres ou végétaux avec un même goût.
  • La charcuterie et les desserts cuisinés : la charcuterie incontournable dans nos quotidiens, mais force est de constater que ce n’est pas bon pour la santé ! À l'exception du jambon cuit ou cru, la charcuterie contient une part importante de matières grasses animales. Retirer le gras visible ne sera donc pas une mauvaise manière.

    Il en est de même pour les desserts cuisinés tels que les quiches et les gâteaux. On trouve sur le marché plusieurs plats ou recettes avec peu de matières grasses. D’autres sont enrichies en matières grasses insaturées.
  • Les aliments fortement transformés : les fast foods font partie de notre quotidien alors qu’on connait bien le risque. Frites, hamburgers, croquettes, pizzas, saucisses et autres aliments frits, ces aliments favorisent rapidement le mauvais cholestérol.

    Les aliments fortement transformés comme les barres de céréales, nourritures en boîte et plats cuisinés sont également très riches en graisses trans saturées.
  • La viande rouge : c'est l’aliment qui fait bondir le taux de mauvais cholestérol dans le sang. Elle est la plus riche en graisses saturées de tous les aliments et favorise la complication des maladies cardiaques.

    Le bœuf, le porc, l’agneau, les abats et le veau sont très riches en cholestérol. Il convient de choisir les viandes maigres pour contrôler le taux de cholestérol dans le sang.

Les aliments à privilégier

Pour contrôler l’apport de cholestérol par l’alimentation, il est important de manger équilibré, c’est-à-dire privilégier certains aliments et en limiter la consommation d’autres. Il est important de privilégier la consommation de poisson de 2 à 3 fois par semaine. Le poisson est riche en Omega-3, une substance active que favorise la protection du système cardiovasculaire.

Ce n’est pas un secret, la consommation de fruit est bénéfique pour notre organisme. De saison, en conserve ou surgelés, les fruits sont à privilégier pour son action hypocholestérolémiante. C’est aussi un antioxydant qui réduit l’oxydation du cholestérol. Certains fruits sont plus intéressants que les autres : pommes, poires bananes et fruits secs (figues, dattes, pruneaux et abricots). La consommation d’œuf est recommandée, mais il ne faut pas en consommer plus de 2 par semaine.

Adepte du beurre au petit-déjeuner, la margarine végétale est une excellente alternative. Riche en acides gras et en phytostérols (antioxydants d'origine végétale), la margarine végétale permet d'abaisser le taux du cholestérol dans le sang. On estime une baisse d’environ 10%, pour une consommation de 20 g de margarine végétale par jour.

Pour les produits laitiers, privilégiez les variantes allégées comme le lait écrémé ou demi-écrémé, et les fromages allégés avec un faible apport en acides gras saturés et suffisamment riches en calcium et protéines. On trouve également des alternatives végétales comme les laits végétaux issus d’avoine, sarrasin, quinoa, amande et noisette.

Comme l’utilisation d’huile est inévitable en cuisine, n’utilisez que de l’huile d'olive, d’arachide, de tournesol, de maïs ou de noix. Des huiles composées (type Isio 4) sont aussi disponibles sur le marché pour obtenir un meilleur équilibre des acides gras.

Voici une liste non exhaustive des aliments qu’on peut consommer, mais avec modération, pour limiter l'hypercholestérolémie :

  • Viandes : volaille sans la peau, porc maigre, lapin, veau
  • Poissons : gras ou maigres
  • Crustacés
  • Oeufs bio
  • Charcuteries : jambon blanc, produits de filière Oméga-3
  • Produits laitiers : yaourts nature maigres, fromage blanc maigre
  • Légumes et fruits : frais et bio
  • Légumineuses
  • Produits céréaliers : complètes ou demi-complètes
  • Tubercules : pommes de terre, patates douces
  • Céréales : flocons nature et non soufflés
  • Oléagineux et graines : noix, amandes, noisettes, graines de lin et de sésame, graines de chanvre
  • Boissons : eau, thé vert, vin rouge

Nos recettes anti-cholestérol à télécharger

Il n’est pas toujours facile de se faire plaisir avec un plat savoureux tout en surveillant le taux de cholestérol. Le choix des aliments à préparer est important, il en est de même pour la préparation en elle-même.

Comme le régime n’est pas toujours facile à suivre, nous avons préparé pour vous des recettes anti-cholestérol de qualité et gourmandes.

Cholestérol : symptômes, prévention et traitements
4.6 (91.25%) 32 votes