Bon et mauvais cholestérol : tout comprendre

Bon et mauvais cholestérol : tout comprendre
4.5 (90%) 2 votes

Nous savons tous qu’il faut faire attention à notre cholestérol. Cependant, nous ne savons pas forcément ce que cela veut réellement dire. On peut penser que le cholestérol est une substance qu’il faut définitivement éliminer de notre organisme. En réalité, il est indispensable au bon fonctionnement de notre corps et plus précisément de nos cellules.

Mais il peut également se révéler dangereux. Pour mieux comprendre cet antagonisme, il faut distinguer ce que l’on appelle le bon du mauvais cholestérol. L’un est à privilégier quand l’autre est à éliminer.

Une même substance

La première chose à savoir c’est que bon ou mauvais cholestérol, il s’agit de la même chose, ou plus précisément de la même molécule. Autrement dit, il n’y a pas une forme de cholestérol qui est bonne pour la santé et une autre qui est nocive.

La différence s’effectue au niveau du transport et selon l’étape de développement du cholestérol à laquelle on se trouve.

HDL et LDL

Savez-vous ce que sont les HDL et les LDL ? Le premier acronyme désigne les lipoprotéines de haute densité. Et le deuxième signifie : lipoprotéines de basse densité. Les lipoprotéines sont des structures sphériques dans lesquelles se retrouvent des lipides, dont le cholestérol, et des protéines. Ce sont elles qui vont transporter le cholestérol dans notre corps via le sang.

Le cholestérol passe par plusieurs étapes. Dans un premier temps, il est soit regroupé dans des chylomicrons soit dans des lipoprotéines de très basse densité (VLDL). Pour faire simple, les premiers regroupent le cholestérol issu de l’alimentation, quand les VLDL contiennent le cholestérol synthétisé par le foie. Il faut savoir que la grande majorité du cholestérol que nous avons dans notre organisme a été synthétisé par notre foie et qu’une partie infime provient de notre alimentation.

Une troisième forme se développe : les lipoprotéines de densité intermédiaire (IDL). Il s’agit des résidus de VLDL contenant nettement moins de triglycérides. La moitié sont captés par les hépatocytes et l’autre moitié se transforme en lipoprotéines de basse densité (LDL).

Les chylomicrons vont transporter les lipides de l’intestin grêle jusqu’aux tissus adipeux situés à proximité. Les VLDL vont peu à peu se transformer en LDL.

Ce sont les LDL qui vont transporter le cholestérol synthétisé par le foie jusqu’aux cellules où il servira surtout pour constituer la membrane cellulaire. Elles passent par le sang. Cependant, suite à une défaillance dans le cas de l’hypercholestérolémie familiale, ou d’un excès de LDL, ces lipoprotéines de basse densité peuvent déposer des résidus de cholestérol dans le sang. Ceux-ci vont alors s’accumuler sur les parois. C’est ce que l’on appelle le mauvais cholestérol. Plus généralement, ce sont les LDL que l’on désigne de cette façon.

Ensuite, les lipoprotéines de haute densité (HDL) vont intervenir. Elles ont pour mission de transporter les résidus de cholestérol vers le foie où ils seront éliminés. On les appelle « bon cholestérol ».

L’hypercholestérolémie

Lorsque l’on a un taux trop élevé de cholestérol dans le sang, on appelle cela l’hypercholestérolémie. Pour soigner ce trouble de la santé, il faut soit réduire le taux de LDL, soit augmenter celui de HDL, soit les deux.

Certaines substances permettent d’augmenter le taux de HDL et notamment les satines, la CETP, les oméga 3. D’autres substances vont réduire le taux de LDL tels que les fibres alimentaires, les acides gras insaturés et les antioxydants.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments