1

Sexe : la pilule impacte-t-elle ma libido ?

Depuis quelques décennies, on constate que de plus en plus de femmes souffrent d’une baisse de libido, également connu sous le nom plus scientifique de dysfonction sexuelle féminine. Ce trouble est encore bien trop méconnu et tabou, peu de femmes osent en parler et encore moins consulter des spécialistes à ce sujet.

Et la pilule contraceptive dans tout ça ?

La grande question que beaucoup de femmes se posent depuis un certain temps maintenant est de savoir si oui ou non la contraception orale a un effet sur la libido.

Une étude a été menée à ce sujet en 2010 en Allemagne, sur un peu plus de 1000 femmes (publiée dans le Journal of Sexual Medicine le 4 mai 2010). Sur cet échantillon, 32,4% d’entre elles présentent un risque de développer un dysfonctionnement sexuel (globalement, environ 40% des femmes sont victimes d’au moins un dysfonctionnement sexuel au cours de leur vie).

L’étude a démontré que les deux principaux facteurs mettant ces personnes dans les sujets à risques sont la pilule contraceptive et la cigarette.

Alfred Mueck, l’un des auteurs de l’étude, précise que cette dernière a permis de démontrer une association évidente entre la prise d’une contraception orale et une baisse de libido, sans pour autant qu’il s’agisse d’une relation directe de cause à effet. Il faudra mener d’autres études plus poussées pour en savoir plus, et tenir compte des autres facteurs, notamment psychologiques et environnementaux.

Sur le plan psychologique, la pilule est sensée augmenter la libido, puisqu’elle permet un épanouissement sexuel libre sans crainte de tomber enceinte.

Mais alors pourquoi certaines ressentent l’effet inverse ? D’un point de vue biologique, la prise d’une contraception orale empêche les fluctuations d’hormones que l’on a habituellement pendant le cycle menstruel.

En clair, vos hormones jouent aux montagnes russes en temps normal, et restent bien sages sous pilule. Et oui, cette platitude hormonale a effectivement un effet sur la libido. Cependant, la sexualité de la femme ne se limite pas, loin de là, à la biologie. Le facteur psychologique est primordial et peut prendre le pas sur les éventuels effets hormonaux.

Le fait que toutes les pilules contraceptives ne produisent pas le même effet et soient dosées différemment, et le facteur psychologique et environnemental, expliquent pourquoi chaque femme va réagir différemment, que certaines constateront une baisse de leur libido et d’autres non.

Si vous constatez une baisse de votre libido, la première chose à faire est donc de consulter votre médecin afin d’en rechercher la ou les causes.

Les pilules en cause 

Il n’y a pas de pilule en particulier pouvant expliquer une baisse de libido. Elles peuvent en fait toutes avoir un effet positif ou négatif, selon leur dosage, et leur « impact » sur la personne la prenant. Cependant, certaines auront tendance à augmenter les risques. Voici ce que vous devez savoir :

Les pilules à base de Desogestrel ou d’acétate de Cyprotérone ont beaucoup plus d’impact sur l’augmentation de la SHBG (sex hormone binding globuline), la protéine responsable du blocage du niveau de testostérone (et donc de la baisse de la libido). Une pilule à base de Levonorgestrel aura moins d’effet sur la SHBG, et donc moins de risque de diminuer votre désir sexuel.

Des solutions pour augmenter la libido féminine ?

Les hommes bénéficient déjà, depuis 1998, de plusieurs solutions pour remédier à leurs troubles sexuels. Les plus connus sont le Viagra, le Levitra et le Cialis.

Plus récemment, le Spedra a fait son apparition sur le marché. Il est beaucoup moins cher que ses concurrents et agit plus rapidement (de 10 à 12 minutes après la prise), mais contient le même principe actif, et a donc les mêmes effets.

Et pour les femmes ? Dans le domaine pharmaceutique, peu de médicaments ont été développés pour l’instant, mais il y en a. Viagra a commercialisé le Viagra Womenra, équivalent féminin du Viagra classique. Il contient la même substance, le citrate de sildénafil.

Si cette dernière agit chez l’homme en augmentant l’afflux sanguin vers le pénis, chez la femme, il va augmenter le flux sanguin vers les parties génitales féminines (vagin, lèvres, clitoris), augmenter la lubrification et la sensibilité. Le Viagra Womenra reste un médicament et il est plus prudent de demander l’avis de votre médecin avant de démarrer un éventuel traitement.

On parle également de plus en plus du Lybrido (composé de testostérone et de sildénafil), qui est actuellement en essai clinique, qui serait à priori très efficace, mais il n’y a aucune certitude sur une éventuelle commercialisation pour l’instant.

Enfin, il existe une multitude de produits de phytothérapie. Là par contre, le choix est large ! C’est à base de plantes, c’est même parfois bio, donc à priori, pas de dangers. Plus connus sous le nom d’aphrodisiaques, ils ont pour avantage non négligeable d’agir sur tout l’organisme.

Alors qu’un médicament comme le Viagra Womenra cité plus haut va agir directement sur la « mécanique » et sur une ou plusieurs zones bien ciblées, l’aphrodisiaque va avoir une action bénéfique globale, notamment sur le plan psychologique. Beaucoup de ces plantes et oligoéléments agissent par exemple sur le stress et l’anxiété. D’autres vont agir sur la forme physique globale, vous serez moins fatiguée, plus endurante etc.

Parmi les plus connus et les plus utilisés, on retrouve le gingembre, le ginseng, l’ylang-ylang etc. En ce qui concerne les types de produits, il y a les huiles essentielles à mettre en petite quantité sur la nuque et les poignets, ou pour certaines dans l’alimentation.

Il y a également les gélules à prendre en complément alimentaire. Les deux plantes qu’on retrouve le plus souvent dans ces gélules sont la maca et le rhodiola rosea. La maca, originaire d’Amérique du Sud, agit d’une part sur le système nerveux en ayant un effet déstressant, et d’autre part sur le système hormonal, régulant la lubrification et la libido. Le rhodiola rosea provient quant à lui d’Asie centrale.

Il a les mêmes propriétés que la maca mais a en plus un effet revitalisant. Il atténue la fatigue et diminue d’éventuels symptômes de dépression.

Enfin, vous avez sans doute déjà entendu parler du secret de Casanova ? Il disait dans ses mémoires que ses performances d’amant étaient dues au fait qu’il mangeait une douzaine d’huîtres par jour. Cela peut paraître farfelu, mais ça marche ! Les huîtres contiennent une grande quantité de zinc, un oligoélément jouant un rôle primordial dans notre mécanisme du désir (chez l’homme et chez la femme).

On peut trouver depuis longtemps maintenant des gélules de concentré d’huîtres (pour celles qui n’aiment pas en manger par exemple), les vertus de ce fruit de mer ayant été constatées.

Les huiles essentielles et la phytothérapie sont de bonnes alternatives si vous ne souhaitez pas entamer un traitement médicamenteux. Elles sont naturelles, douces, et conviendront à toutes les femmes ou presque.

Faites attention tout de même aux produits que vous choisissez, surtout si vous les achetez en ligne, et n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien si vous avez le moindre doute. Enfin, que ce soit pour les médicaments ou les produits naturels, vérifiez que vous n’êtes pas allergique à l’un des composants.

Sexe : la pilule impacte-t-elle ma libido ?
Notez cette page :

Click Here to Leave a Comment Below 1 comments
Ce qu'il faut savoir sur la pilule - mai 11, 2015

[…] et les migraines, la plainte la plus commune que je vois dans la clinique est à propos de la faible libido des femmes prenant la pilule. Les scientifiques ont découvert que les substances chimiques produites dans le […]

Reply

Leave a Reply: